AccueilGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Fiancée du Tigre t'ouvre ses bras !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage

Brand
Homme Lige

avatar

♦ Peuple : Mi-Thuatann Mi-Ethérie, Clan Alaric
♦ Métiers : Guerrier
♦ Localisation en Inwilis : Au coté d'Emaine
Nombre de messages : 47

MessageSujet: Re: La Fiancée du Tigre t'ouvre ses bras !   Mer 21 Juin - 0:40

Brand considéra Letty, amusé. Son grand corps fut secoué d'un rire, qu'il masqua en avalant une bouchée de riz mêlée à un morceau de poisson. En songeant au poisson, Brand se rendit compte qu'ils étaient loin de la mer, et que le poisson avait dû venir par voie des airs ou de terre, dans des caisses marquées par des runes de glace. Quand ils étaient arrivés, l'afflux de convois, voyageurs et citoyens était impressionnant, à tel point qu'on pouvait presque se noyer dans la foule. Les moyens de l'Empire étaient considérables. La guerre civile n'avait rien changé à l'impressionnante machine du commerce. Une guerre civile n'aurait pas les mêmes résultats aussi rapidement en Maëldan. Les guerres entre clans avaient parfois détruits des récoltes, laissant des villages dans des situations précaires, malgré les greniers et silots du clan Fingal. Tout était différent ici, et depuis qu'il était entré au service d'Emaine, jamais le Nord ne lui avait autant manqué. Il se demanda si ce manque ne venait pas de Letty, s'il n'était pas induit par l'image de la côte maëldanaise battue par les vents, aux fleurs de bruyères et aux mouettes criardes qui se dessinait chaque fois dans son esprit lorsque leur lien s'activait. Il sentit sur sa langue le goût de l'omelette, sans pour autant en avoir manger. Il sentit le contentement de son Sciath, qui appréciait le goût doux et légèrement acidulé de l'omelette à la mornienne. Là encore, on était loin des plats du Nord, où l'omelette était salée, agrémentée de champignons ou d'herbes, parfois de dés de viande. Il avala une rasade de thé. Une boisson qui se buvait jusque dans le Nord, contrairement à la croyance populaire qui voulait que les Nordiques se nourrissent exclusivement d'ëarthaë rôti, de pain et de bière.

-Autant demander conseil à ceux qui vivent là depuis longtemps. L'auberge est un peu à l'écart des grandes avenues, mais les boutiques en restent trop proches pour avoir des prix honnêtes. Et même si tu étais sorti de nombreuses fois, et loin, tu n'aurais jamais pu connaître la capitale impériale par cœur. Elle est bien trop vaste. Il sera plus sage d'en parler à notre hôtesse.

La silhouette sculpturale de l'aubergiste faisait des va et vient entre la salle et la cuisine à mesure que l'affluence grandissait. Les tables s'étaient remplies peu à peu, tandis que le Alaric, dont la chevelure argentée et la haute taille attiraient les regards, vidait le contenu des plats posés devant lui, à l'exception du bol de soja fermenté.

-Nous essaierons de trouver un bon maître pour ton cheval, si ça peut te rassurer.

Et peut-être en tirait-il un prix capable de financer une partie des achats pour Letty. Brand savait sans avoir besoin de demander que son Sciath ne possédait presque rien, et certainement pas de quoi s'équiper pour un voyage, à savoir une tenue légère, une tenue chaude, un sac et de fontes, des chaussures, une cape imperméable. Quoi que... l'Empire avait une saison pluvieuse.

-Puisque tu n’as que peu de possessions, je pense que cela nous prendra une grande partie de la journée pour tout trouver. Et nous ferions mieux de tout trouver aujourd’hui. J’ignore quand Emaine compte repartir. J’imagine que ta patronne ne verra pas d’inconvénient à ce que tu ne puisses pas la seconder pour aujourd’hui.

***

Leur repas fut englouti, et il ne resta pas même une goutte de thé. Brand voulut aider Letty à débarrasser la table, mais son Sciath refusa, prétextant qu’il était un client et qu’il ne pouvait pas laisser faire ça. Letty empila les bols et chaque pièce de vaisselle avec une certaine dextérité. Au moment de tout remporter en cuisine, Brand se leva, dans un craquement de chaise peu discret, comme si le meuble était soulagé d’être délivré du poids du Alaric. L’effet provoqua un rire discret chez un client, qui se hâta de le cacher derrière les papiers qu’il lisait, lorsque le Loach croisa son regard.
Suivant Letty en cuisine, Brand dut légèrement se baisser, prenant soin de poser la main droite sur le haut du chambranle de la porte pour être certain d’éviter de se cogner. Son imposante carrure passait pourtant facilement.
La cuisine n’était pas loin de ressembler à celle de toutes les auberges qu’il avait pu connaître, avec ses fourneaux, ses longs plans de travail usés, les odeurs, les bruits… Et si dans le Nord, on trouvait toujours une marmite de soupe mijotant, dans l’Empire, on trouvait ces espèces de gros pots contenant du riz. A la frontière, dans l’auberge d’un petit village, Brans avait redécouvert la bouillie de riz, ce riz mijoté longtemps dans un grand volume d’eau et formant une soupe épaisse et blanche. La cuisinière leur avait servi, bouillante, avec des racines. Le village avait été d’une pauvreté déconcertante. Et Brand ne doutait pas que les faubourgs de la capitale recelaient autant de pauvreté. Skye détonnait dans cette cuisine. L’aubergiste avait plutôt des allures de danseuse que de cuisinière. Pourtant, et il pouvait en attester, la cuisine était bonne. Elle se retourna à leur entrée.

-J’aimerai savoir si je peux emprunter Letty pour la journée…




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Skye
Aubergiste

avatar

♦ Peuple : Lios
♦ Métiers : Chanteuse et musicienne, ancienne prostituée.
♦ Localisation en Inwilis : Hitokage, généralement dans la grande salle de son auberge
Nombre de messages : 36

MessageSujet: Re: La Fiancée du Tigre t'ouvre ses bras !   Ven 12 Jan - 11:10

Comme à leur habitude, lorsqu’ils avaient passé une longue soirée et une nuit courte, Skye avait servi à Geneus, comme à elle-même, un petit déjeuné revigorant et consistant, bien que rapide à avaler, pour pouvoir tenir jusqu’à l’accalmie vers la fin de matinée, avant que les clients affluent pour manger peu après midi. Comme Geneus, elle avala son riz surmonté d’un œuf tout en s’affairant, buvant des gorgées de thé chaud, un peu fort, et grignotant algues et légumes marinés de ci de là. Skye savait combien de clients avaient dormi cette nuit dans l’auberge, et comptait également sur les clients matinaux, qui venaient eux aussi, manger, avant de partir travailler.
La Fiancée du Tigre n’était pas une auberge de luxe, mais plutôt une de quartier, modeste, ayant une clientèle locale qui venait surtout profiter de la nourriture et de la boisson, d’un endroit au sec, plutôt que des chambres. Celles-ci étaient plutôt occupées par des voyageurs aux bourses moyennes. Cela lui suffisait. La clientèle fréquentait les établissements de luxe, comme La Glorieuse Impératrice, dont l’enseigne était frappée du profil de l’impératrice Hitokage, était du même genre que celle qui avait fréquenté le Jardin. Skye n’en gardait pas un bon souvenir. Les fortunés avaient tendance à croire qu’ils leur étaient possible de tout acheter avec leur or. Elle aurait pu y croire aussi, si elle n’avait pas rencontré Geneus.
Elle aurait pu, se laisser aller, en pensant que sa clientèle était de moindre valeur, mais Skye mettait un point d’honneur à ce que les plats qu’elle préparait soient bons, copieux, et de qualité, et que son établissement soit rutilant comme un empereur d’or tout neuf. Alors le matin, elle cuisait le riz qui avait trempé toute la nuit dans l’eau, elle sortait les longs bacs de bois ou bocaux, contenant les légumes qui marinaient dans du vinaigre, du sucre, parfois des herbes et des épices. Geneus sortait prendre la livraison de nouilles fraîches dans l’arrière cour. Et Skye se mettait alors au travail, tandis qu’il se chargeait de replier les lourds volets de la façade et d’ouvrir les portes.
Ce matin là, le premier client à être descendu était l’homme à la chevelure de feu qui accompagnait Brand. Il ne prit qu’un petit bol de riz, quelques légumes marinés, des morceaux de poisson, et un thé brûlant. Il mangea rapidement avant de sortir. Et puis il n’y eut personne jusqu’aux voyageurs ou marchands qui reprenaient la route dans la matinée.
Elle ne savait que penser de Brand et de son compagnon. Letty semblait rayonner depuis qu’ils étaient arrivés. Ce matin, son pas avait été léger dans les escaliers de bois. Il était venu de l’étage et non pas des écuries où il passait la moitié de la nuit. Mais Skye était réticente à le laisser partir ainsi. Geneus ne semblait pas s’en formaliser, même si elle l’avait vu observer les deux voyageurs durant la soirée. Elle s’inquiétait. Letty était arrivé épuisé, en mauvaise santé, blessé, même si son oreille avait cicatrisée rapidement, et que quelques semaines avec de vrais repas avaient achever de le requinquer. Il dormait mal cependant, et c’était Geneus qui s’occupait de Letty lors de ses crises nocturnes. Son compagnon restait laconique sur le sujet, et au matin, le jeune garçon n’en parlait pas. Skye se contentait alors de servir à Letty un petit déjeuné digne d’un roi, en espérant le revigorer. Ce matin, elle n’avait pas eu besoin de le faire. Il avait même refusé de manger, ne grignotant que par ci par là.
Elle finit par oublier de réfléchir à la question, prise par le service et la cuisine. Elle vit immédiatement le changement chez Letty, qui devint comme fébrile, et elle devina que Brand devait être descendu. Débarrassé de la poussière de la route, le Nordique avait une meilleure allure. Letty s’agita autour de la table, faisant le service pour deux. Quand il revint vers elle, sa question sur les lèvres, elle lui répondit avant même qu’il ait le temps de la poser. Oui, il pouvait aller manger avec Brand. Le sourire de Letty transforma aussi la créature qui flottait derrière lui.
Après le service, Geneus la rejoignit dans la cuisine, l’aidant à faire la plonge, à ranger la vaisselle propre. Il lui faudrait en suite nettoyer les tables, et donner un coup de balais. Alors qu’elle remettait du riz à tremper, Skye se mordillait les lèvres. Elle finit par parler, doucement.

-Tu crois qu’on peut le laisser partir comme avec eux ? Qu’il ne lui arrivera rien… ?
Geneus n’eut pas le temps de lui répondre, que Brand passait sa tête par la porte, surplombant Letty. Elle jeta un coup d’œil à son stoïque compagnon, qui semblait s’amuser de la situation. Elle lui ferait payer plus tard.

-Bien sûr que vous pouvez emprunter Letty pour la journée…

Elle sourit, même si elle continuait de se poser des questions. D’autres questions suivirent.

-Geneus, on a une carte de la cité ? Cela pourra leur être utile… Et peut-être tu seras plus à même de répondre que moi. Je n’achète pas vraiment d’équipements, ni de lézards, et pour les vêtements, je ne pense pas que les boutiques que je fréquente soit ce que vous cherchez. Par contre, pour des vivres, je peux vous indiquer quelques marchands de confiance, qui ne vous la feront à l’envers parce que vous êtes étranger.

Skye referma le lourd couvercle du pot à riz, et reposa la petite pelle qui lui servait à prendre le riz dans les sacs de toile. Elle referma celui-ci, et le poussa avec la jambe sous la table. Par habitude, elle s’essuya les mains sur un torchon.

-Pour vos vivres, le marché, sur la place d’Akaash, est l’idéal. Il est ouvert toute l’année. J’y envoie régulièrement mes clients. Elle est repérable à la grande statue du premier empereur qui trône au milieu. Pour les vêtements, je ne pense pas pouvoir vous aider, mais Geneus le pourra peut-être.

Quand elle le connaissait sous le nom de Ciar, elle avait parfois remarqué la poussière ou la terre sur ses bottes, l’odeur de Reith, alors Geneus devait connaître, elle l’espérait, des marchands qui pourraient fournir à Brand et Letty ce dont ils avaient besoin. Elle songea brièvement qu’après tout ce temps, elle n’avait jamais cherché à connaître le métier que Geneus avait exercé avant la Fiancée du Tigre, pas même quand elle avait cessé d’être une Fleur. Elle n’était pas certaine d’en avoir envie, ni certaine que lui-même ait un jour la volonté de le faire. Elle l’avait parfois vu discuter avec les mêmes individus, qui venaient seuls ou à deux, elle avait remarqué la tension dans ces épaules, mais avait préféré ne pas s’en mêler, ayant senti que cela ne la regardait pas. Elle avait fini par fermer les yeux. Après tout, elle avait passé la majeure partie de sa vie à se trémousser plus ou moins vêtue devant des clients et à vendre son corps. Elle avait encore vendu son corps pour empêcher l’auberge de fermer ses portes, quand ils croyaient que la Fiancée du Tigre ne décollerait jamais. Elle le lui avait caché. Il avait fini par le savoir. Skye ne pouvait pas lui reprocher ou lui demander quoi ce soit sur sa vie passée, si, comme elle, il en avait honte. Elle, elle en avait encore honte parfois. La pensée furtive, qui l’avait longtemps tenaillée au début, revint, quelques secondes. Et si… elle serra le torchon qu’elle tenait. Non. Geneus était loin, très loin d’être Ashreke. Et pourtant, l’idée pernicieuse, qu’elle ne savait pas ce qu’ils étaient l’un pour l’autre, qu’elle n’était peut-être rien, la tenailla, un bref instant.

-Erm, elle se racla la gorge, consciente d’avoir eu l’air troublée, vous pourrez peut-être trouver de l’équipement ou ce que vous cherchez sur le marché. Je n’ai jamais eu besoin de ce genre d’articles.

Elle n’en avait pas eu besoin parce qu’il était venu la chercher. Mais Skye se rappelait qu’elle avait eu l’intention de quitter Hitokage, et que ses yeux avaient trainés sur les étals proposant bottes, sacs, capes…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Geneus
Assassin

avatar

Nombre de messages : 25

MessageSujet: Re: La Fiancée du Tigre t'ouvre ses bras !   Mar 16 Jan - 16:59

-Tu crois qu’on peut le laisser partir comme ça avec eux ? Qu’il ne lui arrivera rien… ?

La question que me posait Skye ne me surprenait pas. Depuis que l'on savait que Letty attendait la venue de son Loach, elle émettait de léger doutes, de légères remarques. Est-ce que Letty ne serait pas déçu par cet homme dont on ne savait rien ; sera-t-il assez confiant pour réussir à partir ; est-ce qu'on ne devrait pas s'opposer à ce qu'il parte avec un inconnu ? L'adolescent était arrivé chez nous terrorisé, sale, maigre, épuisé. Il avait payé d'avance et s'était terré dans sa chambre. Skye avait alors tout fait pour qu'il se remette, lui laissant son espace, lui servant des portions plus généreuses que d'habitudes. Lorsqu'il avait eu des crises nocturnes, j'avais fait en sorte qu'il se réveille en sachant qu'il était en sécurité. Puis son apprentissage. Nous avions tout deux œuvré pour que Letty aille mieux et à présent il allait partir avec quelqu'un que nous ne connaissions pas. En voyant l'air plus que soulagé et rayonnant de l'adolescent lorsque les deux voyageurs étaient arrivés, mon premier instinct avait été de me dire que le lien d'Anamchara était réel, et que ce lien pousserait Brand à protéger et prendre soin de Letty. Il n'y avait donc pas à s'en faire de ce point de vue-là.
J'avais tout de même observé les hommes durant la soirée. Ils voyageaient depuis longtemps, leurs affaires le criaient même si elles étaient correctement entretenues, ainsi que l'état poussiéreux et un peu négligé dans lequel ils étaient arrivés. Des deux, celui qui m'intriguait le plus était le compagnon accompagnant Brand. Il avait un air mystérieux, n'avait pas répondu franchement aux interrogations de Letty et avait lui aussi observé d'un œil le manège des liés. Il était aussi partit de très bonne heure se matin, laissant là Brand et ne reviendrait que tard le soir. Son comportement secret faisait que j'avais des réserves sur le devenir de Letty, mais comment pourrais-je le dire à Skye, qui se faisait beaucoup de mouron à ce sujet. Je n'avais aucune envie de lui causer des inquiétudes supplémentaires en lui indiquant que je ne savais pas du tout dans quoi allait s’embarquer l’adolescent. Surtout que je ne pouvais pas jurer qu’il ne lui arriverait rien, la vie était bien trop imprévisible pour ça.
Je n’eus pas le temps de répondre que l'objet de ses inquiétudes passait la porte de la cuisine, surplombé par son Loach. Je trouvais amusant que pile au moment où Skye osait enfin me poser à voix haute cette question, le destin fasse en sorte qu'ils apparaissent. Elle remarqua mon léger amusement, elle savait me déchiffrer depuis le temps que nous étions ensemble, et moi je pu voir un agacement taquin passer fugacement dans la prunelle turquoise de ses yeux.

Je la laissais faire la conversation dans un premier temps. Elle était bien plus loquace que je pouvais l'être. Elle était aussi plus abordable, plus souriante. Et surtout -elle ne s'en rendait peut-être pas compte- elle avait bien pris la parole. Ça faisait partit de ses charmes : elle avait une aisance à parler quasiment à toute épreuve. Letty la regardait fixement, hochant la tête à chaque affirmation qu'elle faisait. Je voyais bien que Brand écoutait attentivement aussi, et que Letty s'était légèrement tendu.
Il avait quelques fois émis le souhait de nous accompagner Skye ou moi, tôt le matin bien souvent, lorsque nous allions chercher quelques commandes qui ne venaient pas jusqu'à nous. Il avait alors osé sortir lorsqu'il n'y avait pas grand monde. Ça avait été une épreuve pour lui, il m'avait dit vouloir s'habituer à être dehors, pour quand Brand arriverait. Il avait eu du mal à marcher sans regarder partout autour de lui, comme si quelqu’un pouvait surgir d’une ruelle ou du sol pour l’attraper. Il n'était pas encore allé dehors en pleine journée, lorsque la ville se mettait réellement à vivre. J’avais le sentiment que ce serait bien plus difficile pour lui, malgré la présence de son Loach. Ce dernier le ressentait-il ? Sûrement, ça ne m'étonnerait pas plus que ça.

Skye se tût quelques instants, et je revis dans son regard l'inquiétude qu'elle avait eu les premiers temps de l'auberge, même avant, lorsque j'étais venu la chercher. Elle se reprit bien vite. Je me déplaçais un peu, pour pouvoir poser ma main dans le creux de son dos, la rapprochant un peu de moi dans un geste rassurant, avant de me détacher pour prendre la parole.

- Nous avons une carte oui, sur laquelle je peux vous indiquer où trouver de l'équipement de qualité et des marchands n'ayant pas pour habitude d'arnaquer leurs clients, étrangers ou non. Il va vous falloir de tout : sac, cape et manteau, vêtements et accessoires de voyage. Certaines boutiques s’adressent spécifiquement aux voyageurs, mais peu ne pratique pas des prix exorbitants sous  le prétexte qu’elles ont tous ce dont on a besoin à un seul endroit.

Je me dirigeais vers la porte de la cuisine, pour me rendre au comptoir. Letty et Brand s’écartèrent pour me laisser passer. Je cherchais d’une main ladite carte tout en continuant de parler, m’adressant à eux d’une voix un peu plus basse mais audible.

- Quant aux lézards, vous en trouverez dans les écuries en périphérie de la ville. Rares sont ceux que l’on peut acheter dans la cité, et rares sont ceux de la cité à ne pas valoir une somme folle. Je n’en aurais que deux à vous conseiller.

Je m’arrêtais le temps de sortir la carte de la ville et de ses alentours. Je la dépliais et la posais sur le comptoir. Brand s’approcha pour regarder ce que je pointais d’un doigt.

- Celle de Cylaia, que vous pourrez atteindre en passant la porte de l’Est et celle de Zuan-Min accessible depuis la porte nord. Les deux se valent, les prix sont corrects ainsi que leurs montures. Je sais que Zuan-Min fait également dans la location de chevaux, vous pourriez peut-être y trouver un acheteur pour ta monture Letty, c’est quelqu’un de très respectueux de ses animaux.

J’entourais l’emplacement des écuries d’un trait de crayon. Je n’avais pas besoin de lever les yeux de ce que je faisais pour savoir que cette information était importante aux yeux de l’adolescent. Je pris le temps de noter le nom des écuries. J’entourais d’autres emplacements, ceux des boutiques de vêtements et d’équipements, des étals de marchand proposant aussi ce genre d’articles. J’expliquais en même temps que je notais, tout aussi bien à Brand qu’à Letty.

Je donnais la carte au Loach d’une main et tirais un collier avec un pendentif ovale gravé s’ouvrant en deux de ma poche. Letty le reconnu immédiatement et eu le réflexe de regarder ses cheveux avant de baisser les yeux quelques secondes. C’était l’amulette que je lui avais donné quelques jours après qu’il ait commencé à travailler avec nous et qui dissimulait habituellement son apparence. Je l’avais trouvée hier sur le plan de travail, il l’avait laissée là après l’avoir retirée pour rencontrer Brand et l’avait oubliée.

- C’est un objet précieux à ne pas laisser traîner. Et mieux vaut que tu fasses encore attention et que tu restes vigilant.

Il répondit doucement avant de la prendre en main, me remerciant. Il ne releva pas immédiatement les yeux, je soupirais intérieurement. Il avait encore ce genre de reflexes, et ne les perdraient pas avant un long moment malheureusement. Ça m’agaçait un peu car il était plus fort que ce qu’il semblait croire s’il avait réussi à s’enfuir. Nous avions fait ce que nous pouvions avec Skye pour l’aider à se remettre, elle le couvant un peu et lui apportant douceur et sécurité, et moi en essayant de l’endurcir et de lui faire prendre conscience de sa force. C’était à Letty de faire le reste.

-Je te conseille vivement de ne pas t’en séparer tant que vous serez dans l’Empire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Letty
Anamchara

avatar

Nombre de messages : 85

MessageSujet: Re: La Fiancée du Tigre t'ouvre ses bras !   Jeu 18 Jan - 17:23

-Bien sûr que vous pouvez emprunter Letty pour la journée…

Ces quelques mots soulagèrent Letty et le firent légèrement sourire. Skye aurait pu avoir besoin de lui aujourd'hui, ou simplement refuser, après tout il l'aidait contre son séjour, si il ne travaillait pas comment pouvait-il prétendre pouvoir rester sans payer. Il ferait le plus possible ce soir pour compenser son absence du jour. Le Yokaï savait bien que si l'aubergiste disait qu'il pouvait prendre sa journée, c'est qu'elle ne lui en tiendrait pas rigueur vis à vis de leur arrangement, mais il ne voulait pas être ingrat, il ne voulait pas profiter. Il lui était reconnaissant à elle et Geneus, alors il comptait tout faire pour mériter leur aide et leur gentillesse. Et puis...
Si il leur devenait désagréable ou qu'ils le voyait comme un parasite, est-ce qu'ils ne pourraient pas le dénoncer, le donner aux autorité en indiquant qu'il était en fuite ? Il chassa cette idée presque aussi vite qu'elle était arrivée. S'ils avaient voulu lui faire du mal ou le livrer aux autorités pour une quelconque récompense ils l'auraient déjà fait non ? Et maintenant c'était trop tard, Brand était là, s'ils tentaient quoi que ce soit à présent le guerrier ne les laisserait pas faire. Et surtout ils ne lui avaient pas donné de raison de les soupçonner ainsi, de ne pas avoir confiance en eux. Il s'en voulu d'y avoir pensé, comme à chaque fois que ça lui traversait l'esprit.
En tout cas il pouvait rester avec Brand aujourd'hui, même si ça serait dehors...

Letty se concentra à nouveau et écouta ce que Skye disait. La lios parlait vite et beaucoup, mais on la comprenait bien quand même. Elle ne pouvait pas complètement les conseiller, du moins en matière de vêtements et équipements. Il eut un léger rire quand elle parla du fait que les boutiques de vêtements qu'elle fréquentait ne leur conviendraient sûrement pas. Il s'imaginait mal mettre les même vêtements qu'elle en effet. L'aubergiste leur proposa de leur donner des pistes pour les futurs vivres dont ils auraient besoin. Elle eut quelques secondes de silence, un peu troublée, avant de se reprendre. L'adolescent se demanda à quoi elle avait pensé ? A son départ ? Elle savait qu'il n'était pas du tout à l'aise à l'extérieur, est-ce qu'elle l'appréhendait tout autant que lui ? Non, il n'était pas le centre de son monde, ça devait être autre chose.

Après s'être brièvement rapproché de Skye et lui avoir apparemment caressé le dos, Geneus prit la parole, et comme à chaque fois son ton égal le surprenait. Mais en fait c'était juste la manière de parler du Svart, il y avait quelques fois des intonations un peu différentes qui marquaient le fait qu'il avait des émotions, mais ça n'était pas facile de les distinguer. Surtout quand on savait que le Svart n'alignait que rarement plus de trois mots pour parler, sauf durant leur leçons.
Et autant Skye avait dit ne pas vraiment pouvoir aider pour ce qui était des vêtements et de l'équipement, autant son compagnon pouvait indiquer des boutiques, des lieux et des recommandations. Geneus s'adressait à Brand mais aussi au Yokaï. Letty ne voyait pas trop pourquoi le compagnon de Skye tenait à ce qu'il soit inclus dans la conversation et à le regarder tout autant qu'il regardait Brand. Il était plus qu'évident que c'était Brand qui en savait plus, qui saurait ce qu'il fallait acheter et les prix qui devraient être pratiqués. Il saurait aussi mieux naviguer que lui en ville, il savait de quoi il parlait.
Pas lui, Letty, ancien esclave en fuite incapable de réellement se débrouiller seul. S'il était arrivé jusqu'à Hitokage ça n'était que grâce à Magnild, enfin Brand, sans lui il n'aurait pas su quoi faire, où aller, comment monter à cheval, qu'est-ce qu'il pouvait manger ou non en pleine nature. Mais Geneus ne le savait pas ça, Brand lui même ne s'en souvenait plus. Il se fit l'impression d'être un imposteur, on le pensait débrouillard, peut-être même fort, mais il dépendait des autres plus que quiconque, contre sa volonté.

Il faisait quand même l'effort d'être attentif, de suivre et de retenir un maximum. Il n'avait pas envie de décevoir Geneus, enfin plus le professeur qu'il voyait en lui. Il nota les informations qu'il leur donnait, sur les marchands et leurs pratiques. L'adolescent eu un pincement au cœur quand on évoqua son cheval, mêlé a un soulagement et à de la gratitude. L'animal était important pour lui, Geneus le savait et y avait pensé, c'était aimable de sa part. Juste après avoir fini de crayonner sur la carte, le svart la donna à Brand tout en sortant quelque chose de sa poche.

L'adolescent eut un sursaut de surprise en voyant le pendentif et prit immédiatement une mèche de ses cheveux pour en vérifier la couleur. Il avait les cheveux blonds et sa peau aussi était pâle ; il était sous sa véritable apparence depuis combien de temps ? Une sentiment de panique l'envahi brièvement. Il se rappela alors. Il l'avait enlevé en sentant Brand s'approcher de l'auberge. Il l'avait fait parce qu'il voulait que Brand le reconnaisse directement et pas qu'il ne soit pas sur que ce soit lui à cause du glamour... Même si avec le recul il se disait que c'était idiot, car ils ne s'étaient pas vraiment vu dans leur monde, et si Brand le voyait avant, il ne se souvenait plus à présent. Glamour ou non, ils se seraient reconnus et il aurait pu lui expliquer un peu plus tard qu'il se camouflait... Son regard se baissa, honteux et mal à l'aise. Geneus lui avait offert cet objet et il l'avait laissé dans la cuisine comme si il s'agissait d'un torchon.
Si il avait osé faire ça avec son maître, il aurait sûrement eu des coups de ceinture, sûrement des objets lancés sur lui aussi, ou quelque chose de plus vicieux... Un frisson le parcouru avant qu'il ne baisse un peu plus les yeux. Non, il ne devait pas y penser, il ne devait plus y penser. Ichiro était mort et il ne serait plus jamais la propriété de quelqu'un.
Letty récupéra l'amulette tendue par Geneus.


-Merci, je suis désolé je ne l'oublierais plus.

Le glamour ne faisait pas effet tant que le fermoir n'était pas scellé, il ne se passait donc rien lorsqu'il le prit pour le garder entre ses mains le temps de le regarder un peu. Il se sentait idiot de l'avoir laissé, de ne pas avoir fait attention juste parce que Brand était là. Et si on l'avait retrouvé, si on l'avait reconnu et qu'ils allaient avoir des ennuis par la suite ? Il déglutit et releva la tête et un peu son regard pour passer le collier autour de son cou, caché de la salle par Brand et Geneus. Une fois le collier mis, les changements furent radicaux. Ses cheveux prirent une teinte noire, ainsi que ses yeux qui parurent plus humain et se bridèrent légèrement. Sa peau fonça pour devenir plus mate, bronzée comme s'il avait été régulièrement au soleil. Il avait l'air d'un jeune humain Mornien, banal, sans sa queue de chat, sur lequel on ne se retournerait pas dans la foule.
Étrangement, même s'il n'avait pas ressentit le besoin de mettre son amulette ce matin, l'avoir de nouveau autour du cou le rassura, comme s'il venait de se couvrir. Il mit sa main sur le pendentif, le métal était frais, et le cacha sous son vêtement.
Letty leva alors la tête vers Brand et eu un peu de mal à le regarder droit dans les yeux dans un premier temps.


-Je. Je dois porter ça parce que.. Parce qu'on ne sait jamais si...

-Pas ici Letty. Plus tard. Et je suis sûr qu'il a comprit.

Il hocha la tête. C'est vrai qu'après cette nuit Brand devait se douter qu'il avait peur que quelqu'un vienne le chercher. Et ça se voyait bien quand il était sous sa véritable apparence qu'il n'était pas quelqu'un de lambda, le svart le lui avait déjà dit plus d'une fois.

-On part quand tu le veux...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Brand
Homme Lige

avatar

♦ Peuple : Mi-Thuatann Mi-Ethérie, Clan Alaric
♦ Métiers : Guerrier
♦ Localisation en Inwilis : Au coté d'Emaine
Nombre de messages : 47

MessageSujet: Re: La Fiancée du Tigre t'ouvre ses bras !   Mer 24 Jan - 13:40

L’appréhension de Letty se mua en une vague d’anxiété qui passa sur lui, pour s’effacer aussi tôt. Les sens de Brand s’affolèrent un instant avant de s’apaiser tout aussi brutalement. La peur n’avait rien de comparable à celle de la nuit passée, où il avait été prêt à tuer pour protéger Letty. Il se demanda brièvement s’il passerait toujours sa vie ainsi ? A réagir à la moindre émotion de son Sciath. Il connaissait déjà la réponse, et cela l’effrayait. Cette perspective ouvrait en lui un gouffre vertigineux, presque autant que la surprise d’un tel lien. Sa parenté Alaric aurait dû le prémunir de ce genre de magie, même s’il n’était qu’un métis. La magie n’avait pas d’effet sur lui, si peu, et il perturbait les flux quand il était proche d’un lanceur de sort. Seulement le lien d’Anamchara était bel et bien établi entre eux. Les émotions d’hier, lors de leur réunion, lui étreignaient encore le cœur, comme un bonheur fiévreux, presque douloureux.
Brand saisit à peine les premières paroles de l’aubergiste au teint doré. Le Mornien n’était pas son fort, et elle parlait vite. Emaine lui avait donné des leçons, mais son manque de concentration ne l’aidait pas. Il fit un effort de volonté pour reprendre le contrôle de lui-même et de ses pensées. Il eut un sourire, assez mince, fugace. Non certes, il ne se voyait pas dans la tenue chamarrée qu’elle portait. Il se rendit compte qu’il ressentait l’amusement de Letty à cette idée. Finalement, ce fut Geneus qui les renseigna. Il ne savait que trop penser de cette figure sombre et presque inquiétante qui passait parfois inaperçue. Il savait de Letty que l’homme lui avait appris à lire et à écrire, qu’il l’avait aidé sur bien des plans. Mais Brand percevait la dangerosité latente du Svart. Certes, ses semblables n’étaient pas connus pour être pacifiques. Ils n’avaient pas fondé l’Empire de Morna en faisant des colliers de fleurs et en se prenant la main. Mais Brand savait reconnaître un adversaire potentiellement mortel quand il en voyait un. Il avait noté l’économie de mouvement, le regard observateur, et les positionnements stratégiques dans les pièces. Et pourtant, Geneus fit preuve d’un geste de tendresse, bien que possessif, envers Skye. L’aubergiste était tout le contraire de son compagnon, semblant rayonner, ayant, malgré une grande beauté qui aurait pu lui servir à se distancier des autres, un caractère invitant à la discussion et aux sourires. Ils formaient un couple que l’on aurait pu croire mal assorti, mais il était mal placé pour parler d’amour et encore moins de relation. Il se demandait comment un lien comme celui qu’il partageait avec Letty, avait pu se nouer entre lui et l’adolescent. Ils étaient si différents.

Brand posa les yeux sur la carte, alors que le Mornien désignait des emplacements, entourant ceux-ci. Il s’adressait autant à lui qu’à Letty. Letty ne semblait pas comprendre pourquoi il était ainsi inclus. Son hésitation, mêlée à de la confusion, passèrent également sur Brand, suivie d’une vague énorme de terreur sans nom couplée à de la panique, un léger soulagement. Geneus venait seulement de sortir un pendentif de sa poche. Son Sciath s’empressa de le passer autour de son cou, promettant de ne plus l’oublier. Son apparence changea, et avec elle, vint un soulagement plus intense, la sensation d’être protégé. Brand en conçut une certaine jalousie, aussi vive que fugace. C’était stupide d’être jaloux d’une amulette qui n’avait que comme dessein de protéger son Sciath. C’était son rôle de Loach, mais il n’aurait jamais pu en faire autant. Letty avait l’air d’un jeune adolescent Mornien, à la peau de miel, cheveux et yeux bridés noirs, toujours un peu trop maigre. La panique monta, et des balbutiements sortirent de la bouche de son Sciath. Il se contenta de poser une main sur le dessus de sa tête. Le Svart coupa court aux explications.
Fort heureusement, il n’y avait qu’eux pour voir le changement d’apparence. Mais le mal était fait. Et Brand songea qu’ils ne devraient pas tarder, partir aussi vite que possible. Letty avait ôté le pendentif hier, pour qu’ils puissent se reconnaître, même si le lien avait fait tout le travail. Il s’était montré comme il était, et cela l’avait mis en danger. Il l’avait mis en danger. Brand retira sa main, songeant qu’à être en contact trop longtemps avec le glamour, il finirait peut-être par rendre celui-ci défectueux, comme un bouclier à la poignée mal rivetée et soudée.

-Je sais, confirma-t-il sans avoir besoin d’en dire plus.

Il ramassa la carte annotée.

-Merci, je devrais pouvoir m’en sortir avec ça.

Les renseignements du Svart étaient précieux. Il glissa la carte soigneusement repliée dans sa tunique, par l’ouverture du col. Ses yeux gris se posèrent sur Letty.

-Si nous partons maintenant, nous aurons la matinée devant nous. Il est encore tôt.

Ils se préparèrent tous les deux à sortir. Pour Brand, cela se résuma à prendre son manteau à longs pans d’un bleu nuit profond - il n’était peut-être plus un Alaric mais il portait encore le bleu de son clan - qu’il avait acquis en Andanorië, et d’y ajouter sa cape, de vérifier que sa bourse était bien attachée, et de faire coulisser son glaive court dans son fourreau. Il était plus à l’aise avec une hache, mais en ville, la hache était plus difficile à porter. Alors qu’il se préparait, il sentit l’appréhension de son Sciath, celle-ci allait grandissant. Il le rejoignit à la porte. En jeune Mornien, Letty était méconnaissable. Son oreille était même intacte. Brand caressa brièvement sa joue, pour le rassurer. L’appréhension et la nervosité du jeune Yokai était palpable, même sans l’aide de leur lien.

-Tout se passera bien tu verras. Je ne te lâcherai pas d’une semelle, et tu ne me lâcheras pas non plus.

Il avait confiance en leur lien, si étrange que cela puisse paraitre, lui qui avait tenté de s’en défaire, de le rejeter. Il sentait qu’il était capable de retrouver Letty n’importe où. La preuve en était, il avait su où il se trouvait, et même si Letty lui avait donné le nom de l’auberge, son emplacement, Brand savait que lien, maintenant qu’il avait été comme confirmé, scellé, lui permettrait de toujours savoir où Letty se trouvait. Il sentit son Sciath se détendre, comme si sa confiance déteignait sur lui.

-Allons chercher ton cheval. Nous commencerons par ça. Nous achèterons le reste en revenant. Comme cela, nous n’aurons pas à porter nos achats trop longtemps.

La liste des objets nécessaires à Letty se dressait déjà dans sa tête. Il lui fallait de tout, vêtements, chaussures, sacs, effets personnels comme un nécessaire de toilette, une ou deux couvertures. Encore hier, Brand aurait pensé à une tente, mais il était plus enclin à dormir avec son Sciath que de le laisser dormir seul dans sa propre tente. Les nuits en pleine nature, même autour d’un feu de camp et avec la présence d’autres personnes, ne susciteraient sans doute aucun enthousiasme de la part de Letty, qui avait dormi avec lui cette nuit, terrorisé. Brand n'avait pas envie que son Sciath s'évanouisse dans la nature, en proie à une crise. Il n'avait pas envie de sentir cette rage aveugle qui s'était emparée de lui cette nuit. Cette rage là était bien trop proche de la frénésie mortelle qui s'était emparée de lui en Andanorië, quand il était Magnhild.


[Suite pour Letty dans les Quartiers]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Skye
Aubergiste

avatar

♦ Peuple : Lios
♦ Métiers : Chanteuse et musicienne, ancienne prostituée.
♦ Localisation en Inwilis : Hitokage, généralement dans la grande salle de son auberge
Nombre de messages : 36

MessageSujet: Re: La Fiancée du Tigre t'ouvre ses bras !   Ven 2 Fév - 15:07

Son trouble avait dû paraitre évident, puisque Geneus posa doucement une de ses mains sur ses reins, collant alors leurs hanches. Cette démonstration d’affection arrivait plus souvent qu’avant, comme s’il s’autorisait à être plus spontané avec elle, comme s’il s’autorisait à la toucher, sans craindre qu’elle ne le rejette. Skye se détendit un peu, chassant ses doutes et ses craintes. Ce n’était pour rien qu’elle avait aidé Letty. Elle s’était vue dans le jeune garçon. Elle s’était vue, là, à demi-nue, paniquée, sur l’estrade, devant des visages impassibles, d’autres aux yeux avides. Madame Osianna n’avait pas été une main secourable. D’autres l’avaient secourue, peut être pas comme elle l’aurait voulu, mais quand Letty, terrorisé, aux aguets, et si mal en point était arrivé… Elle n’avait pas pu s’en empêcher. Geneus avait dû comprendre que cela lui tenait à cœur, si bien qu’il avait jusqu’à prédire les mouvements et plans de Letty, lors de sa première nuit. Depuis, ils s’étaient efforcés d’aider l’esclave en fuite. Ils continueraient de le faire et de garder le secret de sa fuite.
Geneus se détacha, prenant la suite. Elle ressentit comme un petit coup de froid, là où son corps avait touché le sien. Elle écouta elle aussi, attentive, bien qu’elle reprît doucement ses activités. Geneus indiqua à Brand et Letty où trouver ce dont ils auraient besoin, et elle sourit quand elle l’entendit décrire les maquignons qu’il connaissait. Il avait l’air si stoïque et détaché, qu’on pouvait vite oublier qu’il écoutait tout et retenait tout. Quand il n’était pas à prédire les faits et gestes de quelqu’un rien qu’après l’avoir observé. L’équidé qu’ils hébergeaient dans leurs écuries revêtait une grande importance pour Letty et Geneus y avait pensé. Ce serait sans doute difficile pour lui de se séparer du cheval, si bien que le savoir entre de bonnes mains, rendrait la séparation moins difficile ?
Elle abandonna sa cuisine pour venir se tenir sur le pas de la porte, alors que Geneus redonnait à Letty l’amulette qu’il lui avait déniché.

Ah.

Skye n’avait pas fait attention, mais Letty ne la portait plus depuis hier soir. Et si elle était habituée à voir le jeune garçon sans cet artifice qui changeait son apparence, elle n’avait pas réalisé qu’il avait négligé cet artefact auquel il s’était souvent raccroché. Skye grimaça un peu. Letty serait toujours en fuite en restant dans l’Empire, le conseil de Geneus était bon, mais quelque peu…
fataliste quand on pensait aux tenants et aboutissants de cette mise en garde.

-Quand vous serez loin de toute civilisation, tu pourras faire une pause et redevenir toi-même, s’il n’y a aucune paire d’yeux pour te voir, dit-elle doucement.

Elle eut un sourire encourageant. Quelques minutes plus tard, le grand Nordique, accompagné d’un adolescent Mornien, sortirent par la porte donnant sur la cour. Elle attendit de les voir passer devant les fenêtres, l’un montés sur un lézard, l’autre sur son cheval. Elle soupira. Il était trop tard pour protéger Letty de quoi que ce soit, elle n’était même pas certaine qu’il aurait pu rester avec eux pour quoi ? Le restant de sa vie ? Cacher sous un déguisement en permanence sauf quand les volets étaient clos ? Elle secoua la tête, ça n’aurait pas été une vie pour lui. Le lien d’Anamchara, l’arrivée inespérée ou plutôt, tant espérée, de son Loach, donnait à Letty une porte de sortie. Elle se retourna pour regarder Geneus qui l’observait.
Le Svart avait l’air sombre, et il se tenait très raide. Il avait été sa porte de sortie. Deux fois. Pendant tout le temps qu’il avait été Ciar, elle avait attendu avec impatience ses visites. Et elle se souviendrait à jamais de cette journée pluvieuse, où il s’était planté devant elle, et lui avait tendu, littéralement, la main, pour l’aider à se relever. Elle l’avait suivie, méfiante, aussi digne que possible. Le regard clair de Skye dévora Geneus tout entier, avec la même intensité qui la ravageait chaque fois qu’elle pensait à lui. Elle lui sourit.

-Bon. Quand vous aurez fini de vous jetez des regards énamourés, on pourra peut-être avoir un thé et de quoi manger ?

Azai déploya un large sourire plein de dents blanches, creusant de petites rides aux coins de ses yeux jaunes. Le Kariathi se prit une légère bourrade de l’immense Drow musculeux qui se tenait derrière lui. Torek grimaça.

-Faut l’excuser, il a toujours pas appris à se tenir.

-Hé !

-Bonjour Skye, reprit le Drow imperturbable alors que l’elfe de la région de Kariath affichait maintenant une moue boudeuse, Geneus.

Skye sourit, un sourire joyeux. Ces deux là étaient des fidèles du lieu, mais surtout des amis. Si elle avait été proche d’Azai, tous les deux avaient été les Fleurs de Madame, elle avait moins côtoyé Torek, qui avait plutôt servi de manutentionnaire et de garde au Jardin. A présent, il était docker et Azai contre-maître, au port aérien. Ces deux là, vu l’heure, devaient y avoir passer la nuit.

-Longue nuit ?

Torek hocha la tête, se massant la nuque. La musculature du Drow était impressionnante. A tel point que Skye se demandait s’il n’avait pas du sang Orc ou Draemorog qui coulait dans ses veines.

Elle avisa qu’Azai semblait maintenant regarder partout.

-Il est pas là le gamin ?

-Il vient de sortir, répondit-elle posément.

Torek s’était installé après avoir poussé Azai à faire de même. Skye leur servait à présent du thé chaud, que Geneus lui avait apporté. Le Kariathi haussa un sourcil.

-Première nouvelle.

Torek roula des yeux.

-Il allait pas passer sa vie enfermé ici, réfléchi Azai.

Le Drow se prit un coup de pied dans le tibia qui faillit lui faire renverser son thé sur la table. Skye discuta encore un peu avec, prenant des nouvelles du port, du genre de marchandises qui transitaient le plus en ce moment, et elle éluda avec finesse et une habitude maitrisée, les questions sur Letty. Elle était réticente à en dire plus. La retrouvaille avec son Loach ne regardait qu’eux deux. Elle s’éclipsa en cuisine, le temps de préparer deux bols de riz, des rouleaux d’omelettes légèrement acidulée et sucrée, à la Hitokage, et des ramequins de légumes marinés saupoudrés de graines de sésame.
La matinée passa une vitesse folle, elle servit autant de petits déjeuners qu’elle n’eut de clients en réclamant, avant d’aller changer les draps des chambres rendues dans la matinée et de faire le ménage dans les parties communes et salles d’eau. Elle se trouva donc occupée, oubliant ses inquiétudes et ce qui la faisait un peu trop réfléchir, jusqu’à ce qu’il soit l’heure qu’elle redescende pour commencer les préparatifs des plats qu’elle servirait pour le déjeuner. Elle descendit avec les sacs de linges, par l’escalier de service. Elle les laverait dans l’après midi, avant de les mettre à sécher. Elle se retrouva nez à nez avec Geneus quand elle se redressa et fit un bond, surprise. Elle lui donna un petit coup sur le torse.

-Tu m’as fait peur ! Je ne t’ai pas entendu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Fiancée du Tigre t'ouvre ses bras !   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Fiancée du Tigre t'ouvre ses bras !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» De copacabana aux favelas, le Brésil vous ouvre ses bras...
» L'enfer t'ouvre les bras, mon joli - Lilith P. Echkart
» Renom et Wanted du tigre marin !
» Les gros bras(Sybille et Nathan)
» Armure: le bras
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: La Fiancée du Tigre-
Sauter vers: