AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Déchirure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Altariel
Samildanach

avatar

♦ Peuple : Semi-elfe, avec des origines mystérieuses
♦ Métiers : Truand en devenir
♦ Localisation en Inwilis : Dans les écuries et les grands chemins
Nombre de messages : 25

MessageSujet: Déchirure   Sam 19 Mai - 23:18

Il rentra dans sa chambre par la fenêtre, le souffle un peu court, une égratignure sur le front, des bleus, et des traces de coups sur les bras, le dos et le torse, sans parler de son genou écorché et des coupures sur son bras gauche. Le père de Nearshel, Izel, l’avait encore invité à l’un de ses coups, et cette fois ça avait été plus musclé qu’à l’accoutumé. Son ombre lui donnait l’avantage quand elle pouvait être utilisée, elle immobilisait, fauchait ses adversaires, bloquait les coups, mais cette fois il n’avait pas réussi à tous les maîtriser, il y en avait eu trop. Il avait grandi depuis le premier coup, il avait rattrapé Nearshel en taille, et musculature, suivant avec un peu plus d’attention les cours avec Uriel en matière de défense, avec autant d’acharnement que sa sœur. Il s’entrainait aussi en dehors des cours avec Uriel, avec Nearshel le plus souvent et l’un des gars d’Izel qui lui apprenait tout ce qu’il savait sur la télékinésie et la magie élémentale de l’air et de la glace, et ce qu’il savait des combats. Il avait fait beaucoup de progrès qu’il refrénait quand il était avec Uriel, pour ne pas se griller. Mais il savait qu'il dépassait Inwë en termes de combat pur.

Il participait à de plus en plus de coups. Izel lui confiant de petites missions annexes. Il avait découvert qu’Izel n’était pas qu’un simple voleur dépouillant les marchands sur des routes peu sûres et peu gardées, mais aussi un revendeur et un trafiquant de substances illicites. Et il avait beaucoup d'influence dans la région, enfin dans le monde de l'ombre. Il avait déjà livré des paquets, récupéré de l’argent auprès de gars chargés de vendre la drogue. Il avait aussi de gros coups comme celui-là concernant des convois plus imposants. Il en avait parlé à Altariel un jour, lui expliquant qu’il voyait de grandes choses pour lui, un bel avenir dans ce genre d’organisation. Le jumeau était puissant, il savait s’adapter, couvrir ses arrières soit en montant des mensonges cohérents, mais aussi en changeant son apparence pour qu’on ne puisse pas le reconnaitre. Et il s’amusait visiblement à faire ce qu’ils faisaient, il ne se lasserait pas avec le temps et ferait toujours un bon boulot. Il voulait du jeune homme à ses côtés, comme homme de main au début, puis qui sait, peut-être comme partenaire et pourquoi pas en tant que main droite. Lorsque le jumeau avait mentionné Nearshel, Izel lui avait dit que son fils n’avait pas forcément l’envergure, ni les capacités pour être à ses côtés. Du moins pas maintenant et sans un gros travail. Alors il fallait qu’il se prépare à l’entourer d’hommes de confiance et sûr, pour l’aider à l’avenir. Nearshel se contentait de hocher la tête, d’obéir à ce qu’il lui demandait, mais il ne prenait pas d’initiatives comme le faisait Altariel et des initiatives intelligentes. Le jumeau était un atout non négligeable pour lui. Altariel acquiesça et dit que si Izel voulait bien de lui, et bien il était son elfe. En effet il adorait ce qu’ils faisaient, avoir de l’argent sans trop s’épuiser, et surtout pouvoir utiliser ses pouvoirs sans limite, sans restriction, sans craindre de représailles. C’était cette partie qui le faisait vibrer. Ses pouvoirs grandissaient de plus en plus, il se sentait d’avoir un pouvoir illimité, et aimait tellement avoir le dessus sur les autres, les voir essayer de répondre sans forcément avoir de chances. Il n’avait pas atteint tous son potentiel, mais quand ce serait le cas, il savait qu’il n’aurait à craindre personne.
La lumière de sa chambre s’alluma alors qu’il fermait le coffre à jouets dans lequel il cachait ses prises avant d’aller les revendre. Inwë le regardait, une main sur une hanche, l’autre tenant de quoi le soigner, avec un air de reproche sur le visage.


-Tu as encore été te fourrer dans je ne sais quel pétrin hein. Viens, je vais soigner ça. T’as de la chance qu’Apa nous fasse assez confiance pour ne pas regarder si on est bien dans nos lits quand il va se coucher.

-Ça va, c’est cool...

Altariel s’assit sur le lit, il enleva sa veste et son pull pour laisser voir les bleus qu’il avait, et releva son pantalon pour montrer son genou. Inwë eu un air paniqué avant de reprendre son calme en soupirant et d’imbiber sa compresse de désinfectant. Elle se mit à hauteur du genou d’Altariel qui serra les dents et se mordit la langue pour s’empêcher de crier quand la gaze toucha la plaie.

-J’ai pris celui qui pique. Ça t’apprendra à faire n’importe quoi aussi. Ça devient trop dangereux là, ça fais deux fois déjà que tu rentres avec des traces de coups et des bleus. Vos vols vont trop loin ! J’pensais que les coups avec Ialn se déroulaient sans violences ? Comment vous en êtes arrivés à là ? Tu devrais arrêter, et si tu peux pas te sortir de là parce qu’ils t’en empêchent, dis-le, Apa t’aid-

-Ca va j’ai dit. J’ai pas envie d’en sortir, ils sont super là-bas, je fais ce que je veux, quand je veux. Finis les « cache tes pouvoirs, n’en parle pas » et les « fais pas ci, fais pas ça », en plus ce que je gagne c’est autre chose que les quelques pièces que papa nous file.

-Non mais tu t’entends là ? Tu voles Alta, c’est grave, c’est illégal, et toi du dis juste « c’est cool » ? En plus ça vire à l’affrontement maintenant ? Et ton envie d’être pilote alors ? Tu crois qu’ils embauchent des gens qui ont un passé dans le crime ?

Altariel soupira de mauvaiseté et repoussa la compresse de sur son genou pour obliger Inwë à le regarder dans les yeux. Les yeux vairons de sa sœur trahissaient l’envie qu’elle avait de le secouer comme un prunier et de lui demander ce qu’il fichait. Ses yeux vairons à lui laissaient transparaitre l’envie qu’elle se taise et surtout le fait qu’il se fichait éperdument de ses reproches.

-Tu me connais plus ou quoi ? Devenir pilote c’était sympa quand j’avais qu’une vision restreinte des choses. J’étais gamin et sacrément idiot quand j’ai dit que je voulais faire ça. Là j’ai plus d’ambition que de piloter un bateau volant, je veux devenir bien plus puissant qu’un vulgaire navigateur.

-C’est loin d’être idiot comme rêve. Et c’est quoi des ambitions de puissance là ? Tu veux voler, tuer des gens aussi pendant qu’on y est ? Devenir Altariel le tout puissant criminel sans foi ni lois qui débourre des Laurëcaras dans la lumière?! Tu es fou ou quoi ?

-Et toi ? Elle n’est toujours pas là ta dragonne imaginaire non ? Ca fait pourtant au moins cinq mois qu’elle est sois disant parte pour vos retrouvailles ? Sincèrement j’pense que j’étais bien con de te croire, juste parce que t’es ma frangine, en fait t’es peut-être aussi folle que les gens le disent, à t’inventer des amis. Moi j’en ai des amis au moins, ils sont réels ! Et il le sait ton Trytry pour ta vie solitaire et tes alu’ ??

Inwë rougit d’un coup et devint mauvaise. Il avait touché un point sensible, il la sentait bouillir de l’intérieur. Mais elle l’avait bien cherché. Maintenant plus de cinq mois que sa dragonne devait venir, sans qu’on voie une écaille débarquer. Quant à son petit copain, elle était chiante à le cacher et à l’idéaliser chaque fois qu’ils en parlaient. « Tryrsha ceci, Tryrsha cela. Qu’il est beau, qu’il est fort et bien bâti… ». Ça l’énervait au plus haut point.

-Ok, compte plus sur moi pour couvrir tes merdes !

Elle lui envoya violement la compresse dans la figure tandis qu’elle se levait pour partir. Altariel grogna et son ombre agrippa celle de sa sœur, lui tirant les cheveux vers l’arrière. La jumelle glapit, et se tournant tant bien que mal elle envoya une rafale de vent dans l’abdomen d’Altariel, obligeant du même coup son ombre à la lâcher. Son frère n’eut pas le temps de répliquer qu’elle se jetait sur lui, tordant son bras et le plaquant face au lit en une prise de soumission apprise chez Uriel. Altariel répliqua en donnant des coups de pied en arrière, cherchant à la faire lâcher son bras. Finalement il rua et se retourna pour lui donner un violent coup de poing dans les côtes, elle s’agrippa à ses cheveux et tira vers l’avant pour qu’il ne voit pas ce qu’elle faisait, il releva la tête et lui en donna un coup dans l’œil et lui mordit l’avant-bras la faisant crier. Elle lui griffa le visage, le faisant saigner, reculer et la lâcher.
Il lui donna alors de nouveau un coup de poing dans les côtes.
Et un autre.
Puis encore un autre.
Leur père arriva en courant, réveillé en sursaut par le boucan, et il les sépara derechef.


-OH !! Qu’est-ce qui se passe !? Qu’est-ce que vous faites debout à cette heure, et surtout entrain de vous battre ?! Inwë, retourne dans ta chambre immédiatement et tu m’attends !

Altariel regardait sa jumelle avec un regard glacial, elle lui répondit par un regard furieux, mais humide, et repartit vers sa chambre boitant. Une fois Inwë partie, Altariel subit le regard pesant et effrayant de son père. Les bras croisés et le souffle bruyant, ce dernier le regarda quelques secondes avant de prendre la parole.

-Bien, je veux des explications, maintenant ! Que fais-tu habillé, en pleine nuit, et comment on en est arrivé à ce que j’ai vu il y a trente secondes ?

-...

-Altariel, réponds moi.

-C’est rien. J’suis juste sorti, voilà, j’ai fait le mur pour aller voir Ialn, et quand je suis rentré Inwë m’attendais là, et m’a fait un sermon sur le fait que j’dois pas sortir sans te le dire, et ça m’a énervé. C’est tout.

-C’est tout ? C’est tout ?! Altariel, tu as frappé ta sœur ! Pour la raison la plus stupide que j’ai entendu ! Tu m’as énervé plus d’une fois dans ta vie, je ne t’ai pas frappé pour autant ! Tu n’as pas à frapper ta sœur, pour aucune raison, aucune !! Tout comme elle n’a pas à te frapper juste parce que tu l’énerves !

Altariel encaissa, la tête rentrée dans les épaules, l’air fermé. Il n’en avait rien à faire de ce qu’il lui disait. De toutes manières il en avait marre de sa vie ici, mais il ne pouvait pas encore vraiment partir. Mais dès qu’il le pourrait, il se barrerait fissa. Son père le regarda avec un air à la fois atterré et énervé devant le fait que son fils n’ait aucune réaction face à ce qu’il venait de faire.

-Et tu t’en fiches ? Royalement ? Très bien tu vas moins t’en ficher quand je vais te priver de sortie après ton travail, voire d’entrainement chez Uriel si ça te rends si agressif. Tu as de la chance d’être apprenti parce que sinon je te priverai bien de sortir de ta chambre.

-Mais non ! Je m’en fiche pas ! C’est juste que, que, je suis encore, énervé...

-Pour l’instant ma sanction tient, mais si tu y tiens on en reparle demain, quand tu ne seras plus « énervé ». Maintenant tu te couches et tu dors.

Altariel prit juste la peine de retirer ses chaussures, et se coucha sur le côté, mauvais, grommelant contre sa stupide sœur qui l’avait cherché et cherchant un discours à sortir demain pour éviter une sanction trop lourde. Il n’avait pas de regret, il aurait peut-être même du en venir à ça plus tôt pour qu'Inwë arrête de se mêler de sa vie.
Mais lui aussi se mêlait de la sienne. C’est vrai qu’ils se disaient tout, partageaient tout. C’était ça le problème, même quand il avait commencé à faire des choses qui étaient répréhensibles, il lui avait dit, avait partagé son expérience avec elle, ce qu’il faisait. Elle, elle l’avait couvert à chaque fois, même si elle ne trouvait pas ça bien. Elle lui avait confié ses secrets. Il aurait dû poser des limites bien avant, maintenant c’était clair. Chacun pour soi, personne ne se mêle de la vie de personne. Elle ne le couvrirait plus, il ne s’intéresserait plus à sa vie à elle et ne la couvrirait pas non plus. Bien qu’il ne la couvrait que très peu.
Il souffla bruyamment, cherchant à se calmer. Il devrait dire qu'il regrettait, sinon il se retouverait devant un énorme problème vis-à-vis de son père.

Rhysentra dans la chambre d’Inwë qui attendait, assise sur le lit, l’air mortifié, et les larmes aux yeux. Elle regarda son père qui se posait face à elle comme face à Altariel.


-Tu peux m’expliquer ce qui s’est passé ?

-Je... J’attendais qu’Altariel rentre, i-il a fait le mur et je ne voulais pas le dénoncer. Mais je lui ai dit que je ne trouvais pas ça bien, et puis le ton est monté, et on a commencé à se battre, et puis tu es arrivé et. Et. C’est tout...

-Il a commencé. Ça ne sert à rien de le défendre ou d’atténuer la vérité tu sais, il m’a dit lui-même que tu l’avais énervé à l’avoir attendu pour lui faire la morale et qu’il avait commencé.

-... Oui.

Elle avait l’air complètement chamboulée par ce qui venait de se passer. Elle se tenait les côtes et serrait les jambes, tournant ses pieds pour contenir sa nervosité. Il soupira, l’air un peu plus détendu devant l'attitude de sa fille.

-Toi au moins tu m’as l’air un peu plus concernée. Ecoute, je ne veux plus vous voir vous battre, jamais. Je peux comprendre que, vu qu’il a commencé, tu te sois défendue, mais tu n’aurais pas dû, tu aurais dû venir me chercher. 

-Je sais, je m’en veux de pas l’avoir fait, mais ça m’a surprise, et j’ai pas réfléchi. Je suis désolée Apa.

-Je le vois oui. Il eut un sourcil interrogateur en regardant les bras d'Inwë, Montre-moi ton bras ?

La jumelle montra, avec un peu d’hésitation, son avant-bras mordu à son père. Altariel n’y était pas allé doucement, la marque de ses dents se voyait bien, quelques gouttes de sang perlaient et c’était rouge-violacé. Son père regarda avec attention, sifflant entre ses dents. Il regarda le reste du bras qui avait quelques marques aussi. Il bloqua quelques secondes sur le visage d’Inwë qui avait un beau cocard qui se trouvait sous son œil droit. L’œil commençait à gonfler un peu. Il ne lui demanda pas de lui montrer ses côtes mais se doutait que là aussi un hématome était en train de se faire. Ils devraient passer voir un soigneur demain, pour être sûr qu'elle n'ait rien de cassé. Peut-être pour Altariel aussi.

-Tu ferais mieux d’aller mettre un peu d’eau et de la pommade là-dessus et désinfecte les égratignures. Puis tu te couches, et tu dors.

-D’accord.


It's time to see what I can do, to test the limits and break through.
No right, no wrong, no rules for me.
I'm free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Déchirure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» 06. Episode n°6 ; Amour et déchirure
» matt ☼ « Aimer jusqu'à la déchirure aimer, même trop, même mal, tenter, sans force et sans armure, d'atteindre l'inaccessible étoile... »
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Royaumes du Nord :: Inwerin :: Celebalda Capitale Elfique :: Quartiers Suspendus-
Sauter vers: