AccueilGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Visite Nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Anargul
Assassin

Anargul

♦ Peuple : Fae, Nocturne
♦ Localisation en Inwilis : Lève les yeux mon ami.
Nombre de messages : 23

Visite Nocturne Empty
MessageSujet: Visite Nocturne   Visite Nocturne EmptyMar 26 Fév - 23:03

L'ennui, voila une chose qui me rendait morose. Ce n'était pas la seule, mais elle était la pire, et il me semblait alors, que j'étais engoncé dans un carcan, comme une noble dame se retrouve coincée dans un corset un peu trop serré. Un carcan qui m'empêchait d'avoir envie de quoi que se soit, me faisant errer comme âme en peine, ayant peu de goût pour quoi que se soit, incapable de me décider, plonger dans une morosité léthargique, qui au final, ne faisait que me faire dériver. Parfois et soudainement, j'étais pris d'une envie, puis d'une autre, et au final, je me retrouvais dans l'incapacité de choisir, de faire la moindre chose, comme si j'étais trop épuisé. Les plaisirs des vices que pouvaient m'offrir Cemenwin n'avaient alors que peu d'attraits, même le meurtre me paraissait fade, alors que j'avais toujours aimé le danger, et cette sensation qui précédait la fin d'une vie, une mise à mort, plus ou moins clémente. Je n'étais guère cruel de nature, plutôt enclin à tendre les mains même, mais mon métier m'avait rendu dur et méfiant. Bien qu'il m'arriva de m'accorder quelques moments de détentes, homme ou femme, fille ou garçon, je prenais ce que les rues m'offraient, ils étaient nombreux à vouloir un peu de réconfort, ou quelques finances, en échange de caresses. Je n'étais ni brutal, ni sadique, j'avais plaisir à donner autant qu'à prendre, toujours avec volupté, et je me faisais un devoir d'aimer tous mes partenaires, fussent-ils éphémères. J'arpentais les rues de Cemenwin, humides et crasseuses, aux bâtisses dévorées par les ombres, au parfum enivrants mais écœurants. Des lieux où il faisait bon de se cacher, où personne ne s'interrogeait sur la raison de votre présence. J'étais une haute silhouette encapuchonnée et drapée de bleu nuit, avançant la tête haute, mais couverte, d'un pas presque alangui. J'avais revêtu cette apparence si aisément confondue avec celle d'un Dunpeal, ou bien d'un métissé Taltos. Quatre des mes bras étaient donc invisibles, et mon front parfaitement lisse, de ma capuche dépassait quelques mèches de ma longue chevelure de nuit, qui s'accordait parfaitement à mon sombre vêtement. Celui-là, je ne l'avais pas tissé, je l'avais payé, j'avais aimé la doublure en soie, brodée de fil aussi sombre que l'ensemble du tissus, mais qui ajoutait une touche élégante. Elle couvrait ma peau d'albâtre, dissimulait mon magnifique et sculptural visage. Elle cachait aussi mon buste, seulement recouvert par un corset de velours bleu nuit lui aussi, aux broderies d'argent. Mes jambes étaient moulées dans un pantalon de peau noire, le cuir était souple, et ne faisait guère de bruit, j'étais chaussé de bottes. J'avais quelques anneaux et bracelets autours de mes bras, mes doigts, du cou, et mes éternelles boucles d'oreilles, larges anneaux dorés, en forme de croissant de Lune, comme un hommage à Mizuki, déesse veillant sur les assassins de mon genre, en partenariat avec Feardorcha et Charna. Mes pas me conduisirent dans une partie de la ville où la crasse et les relents de la vie étaient moins présents. Un quartier où ce n'était pas non plus le grand luxe, un quartier du genre intermédiaire, un quartier où j'étais venu quelques jours auparavant, quérir une protection contre un Hérilim. J'avais gardé le diadème, mais j'avais inclu son prix dans ma paye, faisant grincer des dents mon commanditaire du moment, bien que j'ai eu de l'affection pour lui. Et qu'il aurait pu se charger lui même de capturer et de ramener le Hérilim, je l'en savais capable. Le Diadème était précieusement rangé, dissimulé, dans la planque que j'occupais en ce moment. Je n'avais pas de résidence permanente, jamais, dans aucune des villes où j'étais passé. Je logeais là où je pouvais, m'offrant parfois le luxe d'une chambre, plus ou moins propre.

Mon errance m'avait amenée devant l'étrange boutique du Trésor du Dragon, dont l'étonnant propriétaire avait été un excellent jouteur verbal, quelqu'un de la même trempe que moi. Pas de lumière à l'intérieur, l'heure était tardive, dans quelques heures, Aelius se léverait, inondant de ses rayons les ruelles jusqu'ici si sombres de Cemenwin. Je ne voyais pas grand chose de l'intérieur, la vitrine était encombrée d'objets, et je me voyais mal y plaquer mon nez, contre cette vitre, voila qui ne serait guère élégant. Pourquoi y étais-je revenu ? Oh, oui bien sûr. J'avais comme promis que je reviendrais. Le propriétaire ne m'intéressait pas, et son bijou avait fonctionné contre la magie mentale, brutale et intrusive du Hérilim. Je n'étais pas motivé par un désir de vengeance, mais par autre chose. Finalement, mon ennui était seulement dû à un défaut de mémoire, j'aurai du me souvenir que le Trésor du Dragon recelait mieux que de la marchandise à la provenance douteuse. Un Aérial grincheux, qui ne l'était pas tant que ça, servait de garde du corps, et de garde à cet antre. Délicieusement viril, ce dont j'avais besoin pour me détendre. Restait à déterminer où il se trouvait. Le chien de garde ne devait pas rester bien loin de l'objet de sa surveillance, et je me disais qu'il était probable, alors que je reculais, jusqu'à la bâtisse opposée, levant le nez, que la lumière qui filtrait d'une fenêtre à l'étage, pouvait être la sienne. Restait à confirmer mes suppositions. L'Araignée et assassin que j'étais, grimpa alors souplement à la bâtisse opposée à celle de la boutique, atteignant sans difficulté le toit, avec fluidité et vélocité, une certaine grâce quelque peu malsaine dans ses mouvements. Mes six bras étaient en action, et les étranges fils noirs, me firent passer d'un toit à un autre. Je me réceptionnai sur le toit voisin de celui de la boutique, regardant autour de moi, par habitude, pour voir je n'avais pas été vu. Je me redressai, et passai du toit à celui de mon objectif. Je faillis déchausser une tuile, mais un de mes bras la rattrapa avant qu'elle ne tombe, la remettant en place. Je n'avais jamais été aussi indiscret, moi qui même, lorsque j'avais commencé, avait toujours été silencieux. Mais voulais-je être discret ? Je ne le croyais pas, bien cela eut été follement amusant si je parvenais réellement à surprendre le guerrier ailé. Je me hissai sans mal jusqu'à la fenêtre, mon corps courant facilement sur le mur. Suspendu ainsi, au dessus du vide, je laissai un fil rigide, se glisser par la fente du volet, l'entrouvrant légèrement, aidé d'autres filaments semblant animés d'une vie propre, me permettant de jeter un œil à l'intérieur. Une paire d'ailes était en vue, la lueur venait d'une chandelle qui projetait des ombres sur les murs. C'était bien lui. Un sourire se dessina sur les lèvres peintes de noir, alors que je m'apprêtais à ouvrir les volets, la fenêtre était déjà ouverte, sans doute pour que ce cher Aérial puisse profiter de l'air nocturne.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arawn Fallen
Bretteur

Arawn Fallen

♦ Peuple : Thuatann
♦ Localisation en Inwilis : Au trésor du Dragon, alors faites gaffe à rien piquer sinon vous aurez affaire à moi.
Nombre de messages : 15

Visite Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Visite Nocturne   Visite Nocturne EmptyVen 8 Mar - 22:35

La boutique était fermée depuis quelques heures déjà, alors que Mizuki finissait sa course, pour laisser place à Aelius ; mais sous le grand dôme de Cemenwin, nuit et jour n'étaient là que pour rythmer la vie des habitants, vu que la lumière n'était que son pâle reflet dénaturé, permettant aux créatures de la nuit d'évoluer en toute quiétude. Cela manquait quelque peu à Arawn de ne plus revoir la vraie lumière du jour, mais il dut reconnaître que pour les affaires, le double rythme était une aubaine.
Ne fermant qu'avant que l'aube ne se lève, et rouvrant avec le zénith, le trésor du Dragon avait l'ambition de pouvoir aussi bien refourguer sa marchandise aux diurnes qu'aux nocturnes. A dire vrai, le grand guerrier ailé avait remarqué que n'importe qui pouvait entrer dans leur boutique, sans même vraiment savoir comment, et en ressortir avec une babiole, convaincu par Markus qu'il en avait besoin.
Les premiers temps, il avait à demi-mot reproché au Vampire sa tendance à vendre n'importe quoi à n'importe qui, mais avec un sourire sibyllin, il lui avait répondu que si quelqu'un passait la porte de l'endroit, c'était qu'il désirait quelque chose, et que le trésor du Dragon avait ce qu'il fallait. Prenant d'abord cela pour une façon de dire "si quelqu'un entre, c'est qu'on peut lui vendre quelque chose", le sombre guerrier compris que la réalité était bien surprenante.
En effet, les passants avaient tendances à ne pas remarquer l'existence de la boutique, enchâssée qu'elle était entre deux maisons. Malgré l'enseigne, à l'image d'un Dragon reposant sur un tas d'or, à la peinture écaillée, celle-ci ne semblait attirer les regards que de certaines personnes, qui venaient voir la vitrine de plus près, avant d'oser en franchir la porte, parfois ne sachant pas vraiment en cherchant quoi, ou bien ayant une idée fixe en tête, voir attiré par quelque artéfact posé en évidence sans savoir vraiment pourquoi.
Parfois, Arawn se demandait si les lieux n'avaient pas une conscience. Lui-même n'avait pas vraiment remarqué l'endroit avant d'y voir la paire de gantelets qu'il arborait. Il était perdu, l'esprit encore confus après une fuite éperdu, et avait voulu ces gantelets. Finalement, il avait trouvé sa place auprès de Markus, et coulait des jours relativement paisible.
Alors peut-être que ces lieux avait comme qui dirait une âme, accueillant en son sein des trésor, et instillant dans l'esprit de ceux susceptible de devenir leur propriétaire l'envie de venir ; il faisait de même avec ceux qui cherchait à se délester de leurs biens, et chercher de futur acquéreur.

Mais, peut-être aussi qu'il y avait d'autres trésors que les babioles de Markus entre ces murs...

~ ~ ~
La chambre d'Arawn était plutôt sommaire, plus par choix qu'autre chose. Elle était assez grande, parfaitement carré, la porte se trouvant au milieu d'un mur, juste en face de la grande fenêtre, qui, le jour, permettait de laisser entrer un peu de lumière. Dans un coin, un vieux lit en bois supportait un épais matelas pourvue d'une couverture épaisse et un oreiller remplies de plumes ; c'était un lit qui aurait pu facilement accueillir trois à quatre personnes, mais le guerrier n'était pas du genre à y inviter tant de monde. En réalité, il n'aimait pas laisser ses ailes repliées en dormant, alors il dormait sur le ventre, laissant quelque peu écartées ses appendices à plumes.
Ces derniers avaient d'ailleurs pus se dégourdir quelque peu ; Arawn avait en effet besoin, régulièrement, de voler, même sommairement, afin d'entretenir les muscles dont étaient pourvu ses omoplates, qui lui permettait d'arpenter les airs tel un Aerial, ce qu'il n'était pas malgré les apparences. Revenant donc de exercices nocturnes, il posait sur la petite table ronde qui trônait au centre de la pièce ses précieux gantelets, et parti s'asperger le visage avec l'eau que contenait une petite bassine qu'il avait remplie à cet usage avant de partir.
Il en versa quelque peu sur son dos, sentant frémir ses muscles au contact de l'eau fraîche, qui titilla quelque peu la douleur. Il ne pouvait pas les voir, mes les cicatrices étaient là, reliquat de l'opération lui ayant offerte des ailes, sans qu'il ne l'ait voulu. Il ne se souvenait de rien d'avant sa fuite, et préférait ne pas penser aux tortures, dont il ne restait que quelques douleurs lancinantes, de temps en temps, alors qu'il s'entretenait, dans le but justement de résorber ces vieilles douleurs.

Il se contemplait dans le miroir fixé au-dessus de la petite bassine de porcelaine placée sur un socle de métal, plongé dans ses pensées, quand une variation dans l'air le troubla. il avait laissé la fenêtre ouverte pour se rafraîchir, mais les volets arrêtaient les courants d'air. Pourtant, ses plumes frémirent, alors que le vent glissait sur elles, et Arawn su que quelqu'un essayait de pénétrer dans l'établissement, en tombant malencontreusement sur sa chambre. Enfin, c'est ce qu'il pensait...
Il se tourna machinalement vers sa commode, qui était posé à côté de la fenêtre dans l'angle du mur, à l'opposé du lit, et sorti du tiroir du haut une serviette. Le grand guerrier au teint halé ne prit pas la peine de regarder qui était à la fenêtre, et après avoir reposé ce qu'il avait utilisé pour se débarbouiller sur le meuble, il alla tranquillement vers la table où se trouvait ses gantelets, sans y toucher les regardant tout en déclarant d'une voix posé, quelque notes d'amusement dans le ton :

-Si c'est mon associé que vous recherchez, n'ayez crainte c'est bien ici le bureau des réclamations, alors dites-moi ce qui va pas et je me ferais un plaisir de vous faire comprendre que ce n'est pas si grav- oh, c'est vous.

Il terminait à peine sa phrase qu'il regardait qui était l'opportun qui pensait s'incruster dans ses quartiers en passant inaperçu, et reconnu un bien curieux client qui était venu acheter un diadème il n'y avait pas si longtemps. La surprise se peignit sur le visage du Thuatann ailé, à la lueur tremblotante de la bougie, puis il se fendit d'un sourire clairement amusé.

-Je ne m'attendais pas à vous voir si tôt. Vous avez en plus failli me surprendre... j'espère que le diadème vous à plus, parce que si vous venez pour protester du contraire... Il laissa la phrase en suspens, avec un sourire amusé. Mais vous n'êtes pas là pour cela, je me trompe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anargul
Assassin

Anargul

♦ Peuple : Fae, Nocturne
♦ Localisation en Inwilis : Lève les yeux mon ami.
Nombre de messages : 23

Visite Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Visite Nocturne   Visite Nocturne EmptyMer 27 Mar - 23:20

Je me hissais dans la pièce, mes six bras et ma force naturelle me faisant passer le rebord de la fenêtre sans effort. Je pus d'ailleurs m'assoir élégamment sur ce dernier, rangeant quatre de mes bras, le glamour me faisant apparaître comme un Dunpeal aux yeux mordorés, au buste légèrement plus étiré que la moyenne. Je croisais d'ailleurs mes longues jambes gainées de cuir noir, mes mains prenant appui sur le rebord de la fenêtre, là où était posé mon divin siège. Je m'amusais de le voir ainsi si calme, se comporter comme s'il n'avait pas senti que j'étais entré. Je savais que c'était faux, et un sourire para mes lèvres ourlées de noir, une lueur amusée allumant mon regard doré. J'eus même envie de rire, mais il m'aurait alors reconnu trop facilement, j'attendais simplement qu'il se retourne, ou qu'il parle. Il prit son temps, achevant sa toilette, et j'en eus pour le plaisir des yeux, admirant la façon dont ses muscles bougeaient, s’accommodant de ces lourdes ailes de plumes. Ravissant. Le morceau de Cake était ravissant. Et cela confirmait la première impression qu'il m'avait laissé. J'attendis donc patiemment qu'il daigne accorder son intention à son visiteur nocturne. Je le suivis du regard, le regardant se déplacer, et mon regard tomba sur les gantelets posés sur la table devant lui. Il n'y toucha pas, et sa déclaration me fit rire. Un rire doux, bas, je secouais la tête, agitant mes boucles d'oreilles et ma chevelure de nuit, qui revint se mettre parfaitement en place. Il se retourna enfin. Sa réaction déclencha une nouvelle crise d'hilarité chez moi, mais je me contentais de sourire, sans dévoiler mes dents, le regard allumé par cette hilarité, les sourcils levés. La malice était clairement peinte sur mon visage, ainsi que la satisfaction de le voir réagir ainsi. Je savais alors que j'avais fait mon petit effet. Je ne pouvais que m'en féliciter. Je décroisais et recroisais les jambes, un geste délibérément sensuel. J'aimais immédiatement ce sourire amusé que je vis sur son visage. Ce sourire dévoilait des dents qui indiquait que l'Aérial s'entretenait, les gens des bas-fonds avaient tendance à avoir les dents en aussi bon état qu'une fille de joie après toute une vie de service. Ce sourire le rajeunissait, et lui ôtait cette mine patibulaire qu'il avait eu en se retourna.

-Oh je vous assure, j'ai été plus que satisfait, glissais-je d'une voix de velours, et non je ne suis pas là pour ça. J'ai même trouvé ce que je cherchais.

Je le dévorais des yeux, impudique, faisant courir mon regard le long de sa personne, prenant un air appréciateur, comme si j'allais le manger. Je poussais le vice, jusqu'à darder ma langue, et à la passer sur mes lèvres. Geste que j'avais déjà fait en quittant ce cher Aérial.


-Vous comprenez vite, je vous félicite, ajoutais-je souriant de nouveau, avant de prendre l'air de quelqu'un réalisant quelque chose, mais, ! je ne vous dérange pas j'espère ?

Je jetais alors un regard à la ronde. La chambre était simple, presque spartiate. Ce à quoi je m'attendais en vérité. Le Thuatann ne semblait pas du genre à aimer les bibelots, ou les fioritures. C'était plutôt le genre de son associé ? employeur ? Le vampire avec qui j'avais jouté verbalement. Ce dernier ne m'intéressait pas vraiment. S'amuser avec son reflet, ça n'avait aucun intérêt. Je penchais la tête sur le coté, mon attention de nouveau toute accaparée par l'objet de ma visite si tardive, ou bien si matinale.

-Et puisque vous avez l'air doué pour me comprendre, expliquez-moi donc pourquoi je suis là... ?

Un courant d'air agita ma chevelure, ajoutant l'effet parfait pour ponctuer ma tirade. Je gardais le sourire, la malice illuminant toujours mon regard. Je ne ferais pas d'autres mouvements, je préférais le regarder bouger. Et d'où j'étais, je pouvais admirer la vue d'ensemble qu'il me proposait. J'ignorai vraiment ce qui me poussait à venir jusqu'ici, et avoir pris le risque d'entrer. Sans doute l'envie de tuer cette morosité qui s'était emparée de moi, et qui m'avait fait errer comme une âme en peine, en quête d'une distraction digne de ce nom dans les rues baignées du manteau de Mizuki. Et puis, j'avais bien fait comprendre à ce charmant jeune homme que nous serions amener à nous recroiser, et que que ce ne serait certainement pas pour faire affaire avec son partenaire.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arawn Fallen
Bretteur

Arawn Fallen

♦ Peuple : Thuatann
♦ Localisation en Inwilis : Au trésor du Dragon, alors faites gaffe à rien piquer sinon vous aurez affaire à moi.
Nombre de messages : 15

Visite Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Visite Nocturne   Visite Nocturne EmptyJeu 28 Mar - 22:55

Un léger frisson parcourut l'échine du grand guerrier, alors qu'il sentait courir sur son corps le regard appréciateur de son nocturne visiteur. On ne le regardait jamais comme ceci, et Arawn ne pensait guère à ce que pourrait lui apporter des relations plus... intimes, avec quelqu'un. Que ce soit un homme, une femme... il n'avait pas d'à priori, ce pourquoi il rendait son regard au client, qui avait une apparence proche d'un Dunpeal, mais qu'il savait ne pas être sa véritable nature, qu'il dissimulait...
Le client, dont il ne connaissait pas le nom -pour le moment-, était assis sur le chambranle de sa fenêtre, dans une position très... suggestive. Le guerrier ailé ne laissait rien transparaître, sinon son sourire, dévoilant quelque peu la blancheur de ses dents, alors qu'il le dévorait tout autant des yeux, ce qu'il cessa de faire quand, avec élégance, il joua de ses jambes graciles, ce qui, finalement, le fit rougir et détourner le regard, en laissant échapper un léger rire, face à cette attitude innocemment aguicheuse...
Le Thuatann fut satisfait en entendant que son invité n'était pas là pour une réclamation. C'aurait été dommage de l’abîmer, après tout, cet étrange individu à la peau de porcelaine avait quelque chose de séduisant, qui donnait envie aux mains si expertes du guerrier d'en éprouver l'apparente douceur... les doigts si prompts à frapper les gens, toucher les points sensibles et défoncer n'importe quoi, témoignait pourtant d'un doigté sans pareil, qui pouvait aussi bien dispenser plaisir que douleur...

Il répéta ce mouvement de langue qui fit rougir quelque peu les joues du grand gaillard, qui ne se départit pas de son amusement, face à cette situation quelque peu improbable, mais loin d'être déplaisante. Lui aussi manipulait les mots, comme Markus, jouant de sa langue avec subtilité, mais il trouvait cela infiniment plus plaisant entre les lèvres si attrayantes de son invité. Il mettait son verbe au service d'un doucereux début de sensualité, comme une parade pour voir ce que valait l'autre, un moins de se jauger, comme lorsque deux adversaires se tournaient autour, avant de se jeter dans la mêlée, le corps-à-corps...
Et cette dernière image reflétait parfaitement ce qu'Arawn avait en tête, mais pas comme il l'imaginait habituellement...
Son visiteur cherchait à savoir discrètement ce qu'il voulait, sans doute jusqu'où le grand gaillard ailé pouvait aller, et celui-ci pourrait le surprendre, se disait-il, en regardant ce ténébreux inconnu, qui tentait de le charmer. Son sourire se fendit plus largement encore, et il haussa les épaules, avec un air quelque peu effronté.

-Qu'en sais-je ? Je ne suis pas encore assez... intime... avec vous, pour savoir ce que vous faites dans ma chambre, au beau milieu de la nuit, à me narguer de votre joli minois...

Il fit quelque pas vers le prétendu Dunpeal, en se demandant finalement s'il n'avait pas rêvé en voyant les bras surnuméraire, avant qu'il ne disparaisse, lors de leur dernière entrevue, qui s'était conclu sur une vision des plus étrange, qui avait titillé plus encore la curiosité d'Arawn. Mais qu'importe son apparence, lui-même avait l'air d'être un Aérial, sans en être un.
La distance diminuait lentement entre eux, à chacun de ses pas d'une légèreté maîtrisée, mais il finit par se tourner, à un peu moins d'un mètre de lui, vers son lit, avant de s'étirer longuement ses bras en baillant, et d'étendre ses ailes, l'une d'elle venant caresser élégamment le visage de son visiteur de ses longues pennes noires avec une infinie douceur...
Puis il les replia, et fit jouer ses épaules puis sa nuque, lâchant ensuite un soupir, le tout comme si de rien était. Puis il alla d'un pas tranquille vers son lit, s'asseyant sur le matelas moelleux, avec un regard des plus amusé. Il posa son regard sur celui doré de son visiteur. Aussi doré que de l'or, mais il convoitait un tout autre trésor...

-Vous allez prendre froid, entrez donc. Et non, vous ne me dérangez pas, même si, et bien, j'allais dormir... ce lit est bien grand, ne trouvez-vous pas ?... L'interrogea-t-il en penchant sa tête sur le côté, d'un air qui se voulait innocent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anargul
Assassin

Anargul

♦ Peuple : Fae, Nocturne
♦ Localisation en Inwilis : Lève les yeux mon ami.
Nombre de messages : 23

Visite Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Visite Nocturne   Visite Nocturne EmptyLun 29 Avr - 23:48

Oh, le Cake voulait jouer. Je me fendis d'un nouveau sourire qui ne dévoila pas mes dents cette fois. Je laissais mes yeux le suivre, observant le manège de l'Aérial, observant également ses muscles bouger et rouler sous sa peau. En observant ainsi attentivement l'objet de ma visite, je pus remarquer quelques cicatrices, les plus récentes étaient les plus blanches, d'autres avaient la teinte que lui avait donné le soleil. Je restais assis où j'étais, parfaitement à mon aise dans cette chambre qui n'était pourtant pas la mienne. Son jeu était maladroit, peu subtile, mais je ne l'avais pas été non plus. Celui-là ne semblait guère avoir l'habitude qu'on lui tourne autour, après tout, il avait rougi, et ce fort joliment, lorsque j'avais eu ce coup de langue si équivoque. Une réaction que je trouvais craquante. Lui-même était à croquer tout entier. Mes yeux dorés suivirent donc ses mouvements, et je ne bronchais pas lorsque ses plumes caressèrent mon visage. Une caresse légère, mais ô combien maladroite. L'invitation l'était aussi. Je me contentais donc de rire, celui-ci déclenchait chez moi une hilarité due à son innocence et sa maladresse. Non, vraiment, il était craquant.

-Je trouve ce lit d'une taille tout à fait respectable, répondis-je en ignorant délibérément son sous-entendu, et si j'avais réellement peur d'attraper froid, je porterai quelque chose de plus chaud.

Et c'était vrai. Je n'étais pas vêtu pour aller crapahuter dans la neige et le froid pour ainsi dire. Le corset de velours bleu nuit que je portais dévoilait mes épaules et mon cou, mes bras étaient nus, et seul la cape que je portais me couvrait. Mes longues jambes étaient moulées dans un pantalon aussi collant qu'une seconde peau, et dans des bottes. J'avais laissé mes cuissardes au placard, elles n'étaient pas très pratique pour grimper sur les toits et escalader des murs, bien que ma nature m'autorise à faire fi de se genre de désagrément. Il m'arrivait parfois de me promener pieds nus, mais les rues étaient parfois si sales que j'aurais pu attraper la mort, ou bien que Dämons aurait pu m'attraper rien qu'en marchant. Je me levais pourtant, et je pris le temps de me retourner pour remettre le volet comme je l'avais trouvé, bien que je repoussais également la fenêtre sans pour autant la fermer. Je fis le tour de la pièce, bien qu'il n'y ait pas grand chose à regarder. Je laissais courir mes doigts sur la surface d'un meuble, caresse légère et vive. J'avançais lentement, jusqu'à me tenir devant lui, ne faisant que lui rendre sa monnaie de sa pièce. Je n'avais pas non plus espéré que le gaillard me saute dessus, me prenne dans ses bras, et me prenne tout court. Non, s'il avait fait, j'aurais sans doute été déçu, je préfèrai nettement ça. J'optais pour une approche plus délicate. Je me serais d'ailleurs attendu à ce que Cake soit plus timide, plus réservé, voir même un peu agressif. Je n'étais certes pas venu pour une réclamation, mais je me serais attendu à un peu plus de méfiance. Non pas que ce que la boutique contenait ait pu m'intéresser. Je n'avais rien à y chercher. J'étais un assassin, pas un voleur. Je m'assis donc à coté de lui, reprenant cette pose aux jambes croisées.

-Cette chambre est tout à fait comme ce que j'avais imaginé. Pratique, et sans fioriture. C'est admirable que vous essayez de jouer, mais je crois que votre ami vampire se débrouille mieux vous au jeu des mots. Mais sans doute excellez-vous à d'autres jeux...

Je le regardai, lui souriant, un sourire couplée à un regard qui auraient aussi bien pu passer pour un autre coup de langue équivoque. Même de prêt, il me plaisait, un visage à l'ossature étonnamment délicate pour quelqu'un d'aussi musclé. Et des lèvres tout à fait embrassable.

-Et de cela, je n'en doute pas, ronronnais-je presque me rapprochant soudainement d'un mouvement fluide, jusqu'à avoir mon visage trop prêt du sien, et trouvez-vous vraiment que j'ai un joli minois ? Et je ne vous nargue pas, je cherche à vous séduir, ne l'aviez-vous donc pas compris ? Je crois que si... si non, vous m'auriez pas invité à venir dans votre lit.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arawn Fallen
Bretteur

Arawn Fallen

♦ Peuple : Thuatann
♦ Localisation en Inwilis : Au trésor du Dragon, alors faites gaffe à rien piquer sinon vous aurez affaire à moi.
Nombre de messages : 15

Visite Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Visite Nocturne   Visite Nocturne EmptyMar 28 Mai - 14:22

Le Dunpeal jouait avec Arawn, qui ne s'en sentait nullement offensé, c'était une façon de se faire la cour, après tout, les jeunes femmes aussi repousse de prime abord les avances de leurs prétendants ; c'était une autre forme de jeu, après tout. Et le Thuatann aimait jouer, bien qu'il n'eut pas l'occasion d'y jouer. Ou du moins pas qu'il se souvienne... Le charmant invité rit, mais cela ne sonnait pas comme une insulte, au contraire, juste avant de prononcer les quelques mots qui firent soupirer le grand guerrier, sans pour autant qu'il ne cesse de sourire. Et, alors qu'il parlait de chaleur, Arawn se permit de détailler encore un peu plus son visiteur, et ses vêtements. Rien qui ne présente une quelconque difficulté à se retirer, bien au contraire, et cela laissait bien peu de place à l'imagination ; tant mieux, l'homme ailé espérait bien passer, à terme, à des activités bien plus concrète.
Pensant cela, il ferma les yeux un instant, tandis que son invité s'amusait à admirer son physique, et probablement les opportunités que cela offrait. Ces dernières années, il n'avait jamais vraiment pensé à l'aspect "relationnel" de sa vie, ne posant guère son regard sur les hommes ou les femmes, se contentant de faire son travail, et battre Markus aux échecs. Et pourtant, il se sentait étrangement à l'aise, alors que lui et cet étrange homme au petit quelque chose de séduisant se faisant la cour, comme s'il avait déjà vécu ça, autrefois. Dans les lambeaux décousus de sa mémoire, il y avait peut-être un souvenir, d'une scène telle que celle-ci, qui ressurgissait en silence dans un coin de son inconscient, le faisant agir comme autrefois il l'aurait fait. Il se sentait étrangement à l'aise dans cette situation qu'il avait l'impression de découvrir et de revivre en même temps. Mais, dans le fond, quel importance ?... Quoi qu'il y ait eu dans ce passé dont il était privé, cela n'avait plus vraiment d'importance.
Arawn était dans le présent, dans cette chambre, assis sur son lit, et un joli minois au physique des plus suggestifs posé sur le chambranle de sa fenêtre avec un air quelque peu lascif. Même s'il ne se dévoilait pas entièrement, ayant repris l'apparence du Dunpeal de sa dernière visite ; les yeux du Thuatann avaient peu de chances de l'avoir trompé lorsqu'il avait vu certaines choses se dévoiler, et s'ajouter surtout, lorsque son invité avait quitté précédemment quitté la boutique. Aurait-il honte, ou réservait-il la révélation pour un peu plus de théâtralité ? La seconde option était plus probable.
La courte rêverie du guerrier prit fin lorsqu'il entendit son invité glisser avec délicatesse de l'encadrement de sa fenêtre, et refermer délicatement le volet ; pour l'intimité, pensa en souriant Arawn. Comme il l'avait soupçonné, le Dunpeal joua avec lui, observant sa chambre, se mouvant avec grâce tout en faisant attendre l'objet de sa visite. Chacun son tour, se dit Arawn, en patientant, et en profitant de son petit manège pour l'observer. Et il appréciait ce qu'il voyait, cela pouvait se lire sur son regard. Finalement, le visiteur vint à se planter devant lui, faisant remarquer avec malice que la finesse du verbe n'était pas vraiment son fort, après avoir remarqué que sa chambre était à l'image de son propriétaire. Le Thuatann, en réponse à cela, haussa les épaules, paume vers le haut, en signe d'impuissance,une moue amusée sur le visage.

-Je suis un homme simple, que veux-tu. Et je fais ce que je peux ; pas facile de rivaliser avec certain, mais en effet j'ai d'autres "talents"... je sais faire autre chose que suggérer une reconversion aux voleurs bas-de-plafond par ma simple prestance...

L'invité, tout à son aise, prit le parti de s'asseoir à côté de l'objet de sa visite, et Arawn, au vu de leurs présente proximité, passa naturellement au tutoiement. Comme une sorte de réflexe, il déploya l'une de ses ailes, encadrant son ami sans pour autant le toucher, créant un semblant d'intimité ; même si, au vu de l'aisance avec laquelle il se coula assez près du Thuatann pour le faire rougir, il n'avait guère besoin d'aide.
Cependant, Arawn tenait à faire les choses convenablement. Ils étaient entre gens civilisés, et maintenant qu'ils s'étaient correctement fait la cour, le Dunpeal se montra un peu plus direct, exposant ses intentions avec un peu plus de clarté, et souhaitant subtilement savoir quelles étaient celles du guerrier ailé. Ce dernier se fendit d'un sourire plus large encore, et lâcha un léger rire.

-Me séduire ? Mais c'est déjà fait, sinon je t'aurais déjà fait redescendre dans la rue sans passer par l'escalier ; rien de personnel hein, simple question de crédibilité professionnel. Bien que si tu étais tout à fait honnête, tu me montrerais à quoi tu ressembles vraiment. A moins que je n'ai rêvé en voyant certaines choses en trop lorsque tu as filé, la dernière fois...

Sa dernière phrase fut prononcée alors qu'il se saisissait entre le pouce et l'index du menton de son interlocuteur, avec douceur cependant. Ses yeux d'un gris minéral était plongés dans ceux du Dunpeal, exprimant sa curiosité. Ils étaient assez intime, dans cette position, et ce qu'ils pouvaient prévoir de faire le serait aussi ; n'avait-il pas, dans le fond, le droit de savoir avec qui il se retrouverait à faire quelques "bêtises" ?... Certes, il n'insisterait pas si son invité ne voulait pas, mais il se devait de poser la question, ne serais-ce que pour avoir la certitude de n'avoir pas rêvé l'autre fois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anargul
Assassin

Anargul

♦ Peuple : Fae, Nocturne
♦ Localisation en Inwilis : Lève les yeux mon ami.
Nombre de messages : 23

Visite Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Visite Nocturne   Visite Nocturne EmptyMer 5 Juin - 21:08

-Oh.

Un sourire amusé s'épanouit sur mes lèvres. Intéressant. Si je ne lui avais pas plu dès le départ, je me serais fait jeter dehors comme un mal propre. Eh bien, je retrouvais là, l'Aérial menaçant qui avait couvé de son regard mon échange avec son patron, lorsque j'avais acheté le diadème. Diadème que j'avais fait facturé à Someya, mais que j'avais gardé, après tout, je rencontrerai sans doute d'autres cibles du même accabit que ce Armand. Mais le rêveur corrompu ne m'intéressait pas, j'avais plutôt dans l'idée de m'intéresser de très près à ce cher à Aérial, qui avait presque passé une aile autour de moi, comme un amant possessif passerait un bras autour des épaules de son amant. Je ne le regardais plus, me contentant de sourire doucement, si bien que son geste me surprit quelque peu. Le regard qu'il me lança m'électrifia, déclenchant un frisson qui remonta le long de ma colonne, un frisson d'anticipation, de plaisir. J'étais si près, et pourtant, le seul contact physique était ses deux doigts sur mon menton. Il était passé au tutoiement, semblant soudainement plus à l'aise, dans le contrôle, et ce regard... Je gardais le sourire, mes lèvres sombres s'étirant plus largement, et j'avançais alors, posant mes deux mains sur ses cuisses, appréciant de sentir les muscles sous ses vêtements, rapprochant mon visage du sien, jusqu'à ce que nos bouches soient plus proches encore.

-C'est bien la première fois que quelqu'un me demande de me montrer comme je suis réellement,susurrai-je, soit... Je serais honnête avec toi.

Je retirais le Glamour dont je me revêtais, me faisant passer pour un Dunpeal. Le Glamour avait pour effet de me rapetisser, si bien que je pris quelques centimètres de plus. Et puis mes deux paires de bras firent leur apparition, une des mains dégrafa l'attache de la cape, tandis deux autres la faisant glisser de mes épaules. Sur mon front, s'ouvrirent plusieurs yeux, un entre ma paire principale, puis six autres, plus petits, surmontant les deux premiers, en ligne, de mes sourcils, jusqu'à l'implantation de ses cheveux. Une des mes mains retira doucement la main qui tenait mon menton, tandis que je me reculais un peu, laissant alors le loisir à Cake de me regarder. Je m'attendais à plusieurs réactions, mais si jamais il finissait par me jeter dehors, il ne pourrait s'en prendre qu'à lui même. Durant ma triste vie, j'avais eu droit à plusieurs réactions, j'avais appris ne plus être si affecté par le rejet. Mais Cake avait semblé plutôt curieux, une curiosité qui avait plus à voir avec l'envie d'avoir la confirmation que je n'avais pas abusé ses sens, lorsque je lui avais promis que l'on se reverrait, plutôt qu'une curiosité malsaine, qui solderait par de la haine. Oh bien sûr, certains s’accommodaient fort bien de mes six bras, six mains étaient un atout lorsqu'on s'adonnait à certaines activités, et je pouvais me prévaloir d'une certaine beauté, ou bien d'un certain charme. J'écartais alors les bras, tous les six en même temps.

-Je te plais ?

Je ne pus m'empêcher de caresser avec trois de mes mains, du bout des doigts, l'intérieur de l'aile qu'il avait déployée autour de moi. A vrai dire, j'avais peu de place pour qu'il puisse contempler mon corps , bien qu'il m'eut déjà observé, comme je l'avais fait avec lui. Je me risquais même au même de genre de caresse, suivant les lignes de ses muscles sur son bras, une caresse légère, emprunte d'une certaine hésitation, mais aussi une invitation à ce qu'il me touche s'il en avait envie. J’espérais ne pas l'avoir effrayé, ou même l'avoir rebuté, les bras en plus n'étaient pas forcément le problème, c'était les yeux qui mettaient mal à l'aise à la plupart des gens. J'exhibais donc mon apparence arachnéenne, espérant que monsieur Cake ne soit pas arachnophobe. Étrange, comme l'instant d'avant, j'avais été si sûr de moi, et comme je me sentais vulnérable maintenant.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arawn Fallen
Bretteur

Arawn Fallen

♦ Peuple : Thuatann
♦ Localisation en Inwilis : Au trésor du Dragon, alors faites gaffe à rien piquer sinon vous aurez affaire à moi.
Nombre de messages : 15

Visite Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Visite Nocturne   Visite Nocturne EmptyJeu 6 Juin - 13:49

Le Dunpeal semblait se complaire dans cette intimité jeté entre eux ; mais avec grand plaisir, son compagnon constata que sa question avait fait mouche. Mais il ne se décontenança pas, allant un peu plus loin dans le contact qu'ils établissaient petit à petit, en douceur... et il laissa les détails de sa véritable anatomie apparaitre avec la même délicatesse. Il était un peu plus grand, et possédait des yeux en plus, ainsi que, plus surprenant, deux paires de bras supplémentaires. Arawn écarquilla les yeux en voyant ça, mais cela ne reflétait que la surprise, l'étonnement, la digestion de l'information, sans plus ; pour le moment. Il savait que les bras en plus étaient présents, mais les voir, c'était autre chose.
Il fut interrompu dans sa contemplation, quand un frisson le parcouru, sentant un contact sur ses plumes, faisant légèrement vibrer son aile alors que les muscles réagissaient. Un toucher délicat, agréable, qui effleura aussi son bras, et ôta sa main de sur son menton. En même temps. La première pensée logique d'Arawn, alors qu'il finissait d'intégrer ce qu'il voyait, fut... que la coordination d'autant de membres ne devait pas être facile. Il se retint d'éclater de rire, de peur que cela soit mal pris, alors qu'il réalisa que face à cette apparence atypique, que beaucoup aurait qualifié de monstrueuse, sa seule considération était d'ordre technique. Non, décidément, le Thuatann n'était vraiment pas dérangé par les apparences. L'homme en dessous était le même, après tout.
L'ex-Dunpeal se recula légèrement pour laisser au guerrier tout le loisir de l'examiner, et il ne s'en priva pas. Puis, vint la question fatidique, l'atteinte d'un avis, pour l'invité qui espérait ne pas être réprouvé à cause de son apparence véritable, qui évoquait curieusement à Arawn une araignée. L'homme ailé arbora alors une moue indécise, et attrapa de nouveau le menton de l'homme entre ses doigts, et sembla étudier le visage de son invité sous toute les coutures. Il palpa quelques bras, posa sa main sur la poitrine pour sentir le cœur battre, posa les mains sur ses cuisses, puis revint à sa position initiale, et haussa les épaules.

-Ton visage est encore le même, ton corps toujours aussi... élégant. Aurais-je des raisons de te trouver moins séduisant ?

Il prononça cette dernière phrase avec un indéfinissable petit quelque chose d'enfantin, cette naïveté qui tient plus de la sagesse, de ceux qui n'ont pas d'à priori, qui prenne les évènements, et les gens, comme ils étaient. Son visage était dur, celui d'un guerrier, mais dans ses yeux d'acier, brillait une pétillante malice, et un large sourire, sincère, chaleureux, se dessina bien vite, pour le rassurer. Il n'aurait pas su dire à quel point il ressentait de la compassion pour son invité, quand il voyait à quel point il s'était senti gêné de se montrer ainsi. Comme si c'était un honteux secret, et l'on pouvait y deviner les souffrances que cela avait du lui causer, cette apparence que les mauvaises langues auraient qualifiés de monstrueuses.
Arawn avait aussi perçu ses efforts pour paraître indifférent à ce qu'il pourrait dire. Il s'était exhiber, attendant une réaction. Un verdict. Et le Thuatann savait que malgré tout, se faire rejeter l'aurait blessé ; après tout, il était venu jusqu'à lui, avait pris ce risque, par envie. Mais ce ne fut pas le cas. Le guerrier caressa délicatement la joue de son ami, pour le rassurer, avant qu'il ne replie ses ailes et ne se lève, lui faisant signe de rester assis.

-Tu as été honnête avec moi, et je le serais aussi ; je vais te montrer un secret, que personne ne connait. Pas de vivant du moins

Tournant le dos à son invité, toujours assis au bord du lit, et le grand guerrier s'agenouilla, et déploya ses ailes. Il n'y avait rien de particulier, du moins au premier abord ; mais quand il montra, en se contorsionnant le bras, ses omoplates... avec de bons yeux -et son ami en avait plus d'une paire- l'on pouvait discerné les cicatrices qui se trouvaient autour des muscles qui reliaient les omoplates aux ailes plumeuses. De fines entailles, qui n'étaient pas le fruit de l'épée, mais du scalpel. Il y avait aussi quelques lignes tatoués sur sa peau, presque imperceptible, qui entouraient certains muscles.

-L'on me prend pour un Aerial, mais je ne suis pas né avec des ailes. Je suis un Thuatann, pur et dur. Il replia ses ailes, et se planta devant l'araignée, prenant deux de ses mains -la paire du bas- dans les siennes. Est-ce que ça change quelque chose, pour toi ?...

Un léger sourire flottait sur les lèvres du grand guerrier. Il espérait vivement avoir pris de court son invité, en lui démontrait qu'il n'avait aucune peur à avoir, qu'il l'acceptait comme tel. Certes, un peu théâtrale, mais honnête, et venant du cœur. Ses joues rougirent aussi, quand il se rendit compte que, ainsi posé devant lui, un genoux à terre, mains dans les mains, il avait l'impression étrange de faire une demande en mariage. Ça avait quelque chose d'amusant, d'un romantique qui collait assez peu aux deux protagonistes de la scène. Mais, dans le fond, la vie n'est rien d'autres qu'une gigantesque mise en scène, dont ils étaient les acteurs.
Et Arawn aimait plus que tout improviser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anargul
Assassin

Anargul

♦ Peuple : Fae, Nocturne
♦ Localisation en Inwilis : Lève les yeux mon ami.
Nombre de messages : 23

Visite Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Visite Nocturne   Visite Nocturne EmptyJeu 13 Juin - 22:28

J'appréhendais sa réaction, et j'eus tout le loisir de la voir sur son visage soudainement ouvert, lui qui avait eu cette mine patibulaire pendant tout l'échange que j'avais eu avec son employeur, lorsque j'avais acheté le diadème. Cake recelait une véritable palette d'émotions, et je faillis le lever, en me disant qu'il était déjà trop tard, à voir sa tête, jusqu'à ce qu'il recommence, me touchant sans prévenir, reprenant mon menton entre ses doigts, m'examinant comme si j'étais un objet d'art, avant que ses grands mains ne viennent palper mes bras. Ce fut à mon tour d'être surpris, mes yeux noirs et ors s'ouvrirent plus grand, avant de se plisser doucement, savourant ce contact explorateur, qui n'avait à première vue rien de sensuel, mais j'aimais déjà sentir ces grandes mains sur moi. Je le laissais faire, l'observant attentivement, je calmais mon cœur, les battements ralentir sans pour autant être calmes. Cake semblait en pleine délibération avec lui même, semblant réfléchir sérieusement à ma question. La réponse faillit me prendre au dépourvu, mais je savais que si je lui avais fait peur, ou bien que je l'aurais rebuté, la réaction aurait été tout à fait différente, il y avait des rejets plutôt brutaux, et j'étais certain que dans ce cas, j'aurai fini par la fenêtre, et des rejets polis, et dans ce cas là, je serais déjà en train de partir par là où j'étais entré. Au lieu ça, le grand guerrier haussa ses épaules massives, et eut une réponse des plus sensées.

-Hm, je suis donc à ton goût...

Et j'eus envie de lui sauter dessus, là maintenant, de me mettre à califourchon sur lui, d'embrasser se visage dont le sourire me plaisait décidément, un sourire que j'aimais voir, et que j'avais déjà eu deux fois. Une caresse sur la joue, interrompit ce flot de pensée, et finalement, il se leva, me faisant signe de rester assis. Je fronçais légèrement les sourcils, restant silencieux, jusqu'à ce que j'entende que ce qu'il allait me montrer, n'avait jamais été vu par personne, et ceux qui l'avaient découvert étaient morts. C'était une preuve de confiance, rien avoir avec ce que j'avais fait en retirant mon glamour, qui était plus un geste de défi, une provocation.

-Eh bien, je tâcherai de tenir ma langue dans ce cas, j'aimerai autant éviter que l'envie te prenne de faire preuve de crédibilité avec moi, comme pour les autres...

J'eus un sourire, et restait donc bien sagement assis, les bras au repos, observant, et cette fois avec, curiosité, Cake, qui se retourna, s'agenouilla, et déploya largement ses ailes devant moi. Au départ, je ne voyais pas où il venait en venir, jusqu'à ce que mes yeux, et certes, j'en avais plus d'une paire, tombent sur ses cicatrices qui entouraient la base des ailes. Des cicatrices, je connaissais, j'en avais quelques unes, et Cake, torse nu, en portait un sacré paquet, mais celles-là étaient différentes. J'allais le toucher, mais là encore, il ne m'en laissa pas le temps. Je pinçais les lèvres, réfrénant ma frustration, alors qu'il se retournait. J'affichais alors un visage ouvert, mais neutre, qui  afficha ma surprise lorsqu'il prit mes mains, enfin, une des paires, dans les siennes. Il était à genoux devant moi, et il se mit alors à rougir. C'était délicieux. Mais l'intimité qui s'était créée entre nous, teintée d'une tension toute sexuelle, semblait avoir disparu. Non pas que je trouvais cela gênant, mais disons, que je me devais de rappeler à ce brave Cake pourquoi j'étais venu, et ce n'était pas une paire d'ailes qui allaient changer que que soit. Cette fois, je pus faire ce que j'avais envie. La paire de bras supérieures se tendit vers lui, les bouts de mes doigts se posant sur son visage, avant de l'encadrer de mes mains, je constatais à quel point ma peau était blafarde à coté de la sienne. J'aimais ce contraste. La paire de main restante alla se promener sur ses épaules, tandis que je me penchais, rapprochant mon visage du sien. Je le regardai dans les yeux, et réitérai un geste que j'avais déjà fait, tel un félin devant sa proie, je léchais mes lèvres, dardant ma langue. Les mains qu'il tenait prirent les siennes, les guidant jusqu'à les poser sur mes hanches fines, tandis que mes mains se posaient finalement sur ses avant-bras. J'avais un peu l'impression de l'immobiliser, mais je comptais cette fois, faire ce dont j'avais envie. Et manger du Cake faisait partie de mes envies. Je libérais son visage, retirant une main, qui glissa sur sa nuque, la main du dessous glissant jusqu'à son bras, quittant son épaule. Je pus alors coller mon visage au sien, mon nez contre une de ses joues, j'en profitais pour respirer langoureusement, sensuellement, certain que si près de ses oreilles, cela aurait son effet. Je frottais presque mon nez contre sa joue, jusqu'à ce que mes lèvres soient au niveau de son oreilles.

-Une paire d'ailes est toujours plus jolie que six bras, fis-je presque en murmurant me reculant alors lentement, Thuatann où Aérial, peu importe...

Je continuais de me reculer, mon nez frottant à nouveau contre sa joue, glissant jusqu'à ce que mes lèvres puissent rencontrer les siennes. Ses lèvres qui lorsqu'il souriait dévoilait ce sourire si particulier. Son souffle était chaud, le contact n'alla pas plus loin qu'un simple baiser sur ses lèvres, les lèvres de Cake étaient chaudes elles aussi, c'était agréable, et j'aurais aimé aller plus loin encore, mais je n'étais pas encore certain que cela plairait à Cake, quoi qu'il ait plusieurs pris l'initiative, et qu'il ne se leurait pas sur la raison de ma présence. Je rompis alors ce contact, à regret, car c'était délicieux. Je ne retirais pas mes mains, sauf la dernière toujours sur son visage, qui se posa sur ses bras. Je gardais mon front posé contre le sien, ne gardant que ma paire d'yeux principales ouvertes. Je soupirai, décollant mon front du sien. 

-Non vraiment, aucune importance. 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arawn Fallen
Bretteur

Arawn Fallen

♦ Peuple : Thuatann
♦ Localisation en Inwilis : Au trésor du Dragon, alors faites gaffe à rien piquer sinon vous aurez affaire à moi.
Nombre de messages : 15

Visite Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Visite Nocturne   Visite Nocturne EmptyVen 14 Juin - 14:36

Arawn eut un sourire discret en entendant son ami lui promettre de tenir sa langue afin d'éviter un funeste destin. En fait, quand il évoquait le décès de ceux qui savaient pour ses origines, c'était celui des responsables de cet état, les cinglés qui avaient décidés que des ailes lui iraient parfaitement. Il ne se souvenait plus comment, mais le Thuatann les avait tous massacrés. Et depuis, personne n'avait jamais remarqué que ses ailes n'avaient en réalité rien à faire là. Personne ne s'était posé la question, et ne lui avait demandé. Pas même Markus, qui, dans le fond, s'en fichait dans l'optique où cela n'empêchait pas son employé de faire son travail.
Le guerrier ailé fut aussi plutôt satisfait de son effet, de voir que sa petite araignée n'était pas insensible à son petit manège, et de montrer qu'il pouvait lui aussi faire preuve de charme. Il s'offrait, à genoux devant ce plaisant homme qui ne le laissait pas indifférent, et ce dernier en profita, faisant glisser les mains puissantes de l'homme ailé sur sa peau d'albâtre... Arawn se laissa faire, doucement entrainer par l'araignée dans sa toile, avec un certain plaisir...
Si son invité voulait s'amuser, qu'il profite, se disait le Thuatann. Il ne savait pas bien lui-même comment réagir ou faire, exactement, ayant simplement cette sensation d'avoir déjà connu cela, dans les lambeaux de sa mémoire, qu'on lui avait arrachée sans vergogne aucune... mais s'il ne savait plus trop comment s'y prendre, face à lui se trouvait un connaisseur, des plus charmeur, qui s'amusa, jouant de ses multiples mains, rapprochant leurs corps, leurs visages...
Encadré des mains de son charmant ami, Arawn le regardait dans les yeux, où se lisait une impatience contenue, une envie qu'il contrôlait, gardant son calme... un léger rictus au coin des lèvres, un petit quelque chose d'insolent, de défi... La peau de mes mains de l'araignée était douce, le guerrier le sentait plus encore alors qu'elles encadraient son visage, précédent un mouvement de langue des plus aguichant...

Le contact si intime qu'ils avaient, joue contre joue, à sentir la respiration de l'autre caresser ses sens, ne pouvait laisser Arawn indifférent. L'odeur si suave de son invité, son toucher si délicat, son souffle très justement placé, cette étreinte... il se serait laisser dériver, si quelques mots n'avaient pas effleurer ses oreilles, en réponse à ses précédents dires... un sourire se dessina sur les lèvres du Thuatann, appréciant de constater que son ami avait la même vision des choses que lui à présent...
Il savourait sa petite victoire, quand un contact plus intime s'imposa à lui... pour son plus grand plaisir... Leurs lèvres connurent une brève union, quelque peu chaste, un prélude auquel Arawn éprouvait désormais le désir de donner suite. L'invité, avec un air quelque peu félin, celui d'un chat ayant trouvé une souris. Mais quel proie de choix, se dit le grand guerrier à la peau mate.
Cela fut court, pour un baiser, et avait un goût de trop peu ; il semblait que l'araignée prenait son temps, ou bien qu'elle le tentait, voulant voir s'il allait prendre les devants... Ses mains étaient toujours posées sur les hanches de son futur amant, caressant leurs élégantes courbes... Arawn se leva, entraînant à sa suite l'araignée, qui se retrouva collé contre le grand guerrier, tout deux debout. Dans un élégant bruissement de plumes, ses ailes se déployèrent, et se refermèrent en caressant élégamment le dos de l'araignée, prise au piège à son tour dans un cocon duveteux.

Les mains du guerrier glissèrent sur la peau d'albâtre de son partenaire de jeu, l'une d'elle se calant autour de sa taille, l'autre se glissant sournoisement le long de son échine, collant plus avant leurs corps entrelacés. Arawn ferma les yeux, humant une nouvelle fois le parfum agréable de la peau de l'araignée. La main du Thuatann vint terminer sa course au creux de la gorge de son invité.
Un léger instant de tension s'installa. Le grand guerrier savoura cet instant, ce petit moment, où le cœur semble battre plus lentement, où les secondes s'éternisent, et où l'on ressent chaque imperceptible mouvement venant de l'autre, guettant le bon... ne pas se précipiter... ne pas trop hésiter...
Il n'y avait aucune hésitation à avoir...
Arawn amorça le mouvement, et coula ses lèvres jusqu'à celles de son amant. Il resserra quelque peu son étreinte, avec douceur. Son baiser était d'abord timide, se contentant du contact délicat des lèvres charnues de son amant... mais bien vite, le Thuatann succomba à un peu de fougue, et approfondie l'expérience... leurs langues s'entremêlaient, les sens s'affolaient... Arawn sentait sa respiration s'accélérer, tout comme son cœur. Il ferma les yeux, perdus dans la redécouverte de ces si délicieuses sensations...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anargul
Assassin

Anargul

♦ Peuple : Fae, Nocturne
♦ Localisation en Inwilis : Lève les yeux mon ami.
Nombre de messages : 23

Visite Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Visite Nocturne   Visite Nocturne EmptySam 15 Juin - 22:21

-N'aies pas l'air si déçu, je ne fais que commencer, susurrais-je.

Il avait eu l'air tellement déçu que j'arrête, mais ce premier baiser, étonnamment chaste en comparaison de ce que je promettais depuis le début, n'était qu'un test. Après tout, il arrivait parfois que l'on ressente une attirance mutuelle, qu'on se tourne autour, mais que la concrétisation soit quelque peu décevante, ou bien que finalement, ce ne soit pas ce genre d'attirance là. Cake affichait un air qui me plaisait, et je savais alors que mon baiser avait fait son effet. Ses mains sur mes hanches se firent caressantes, bien qu'elles ne puissent que caresser le velours du corset que je portais. Je me laissais faire quand il nous releva tout les deux, déplaçant mes mains en conséquence, la paire supérieure autour de son cou, la médiane sur son torse, et l'inférieure sur ses bras. Corps fut soudain très près du sien, et je ne pus que sourire. Cake avait décidé de prendre les choses en mains, et je savais alors que ce court baiser avait été la chose à faire, celui qui convenait. Dans un délicat bruissement d'ailes, je me retrouvais enveloppé de plumes. Le corset plongeait bas dans mon dos, laissant la peau à découvert, et surtout, la place pour les épaules, si bien que les plumes firent leur effet, déclenchant des frissons le long de ma colonne. Une de ses mains remonta entre mes épaules, et je faillis rire en le sentant se contorsionner un peu pour y parvenir, bien qu'il ait eu l'intuition de glisser son bras juste au dessus de la paire inférieure. Je m'arcboutais légèrement, jusqu'à ce que finalement sa main ne rapproche mon visage du sien, posée sur ma nuque.

Je m'attendais à baiser beaucoup plus fougueux que celui que j'avais donné. Il y eut un moment de battement, où je le couvais du regard. C'était appréciable d'avoir quelqu'un à ma taille, bien que j'ai penché légèrement la tête sur le coté. Mes lèvres esquissèrent un sourire. Un sourire bien vite englouti par ses lèvres à lui. Un au début hésitant, mais qui s'accompagna d'une étreinte plus poussée, à la laquelle je m'empressais de répondre, ma paire de bras supérieur passée autour de cou, je gardais les mains de ma paire médiane plaquée contre son torse, éprouvant les muscles et la peau sous mes doigts, sentant les battements de cœur sourds, la chaleur. La paire de bras inférieure enlança la taille de Cake, et je posais mes mains dans le bas de son dos. Avec cette étreinte vint le baiser fougueux que j'attendais, j'ouvris la bouche pour le laisser entrer, répondant avec ardeur, entremêlant nos langues. Cake ferma les yeux, mais je gardais les miens mis-clos, le couvant toujours d'un regard où mon désir devait s'y lire, me délectant de ce que je voyais.

Ma paire de mains médiane repoussa un peu le Thuatann à aile, histoire de me laisser la place pour explorer le corps musculeux qui s'était collé au mien. Cake était tout à fait le genre de guerrier avec suffisamment de muscles pour avoir l'air impressionnant, sans être un mastodonte, bien que ce genre là me plaise aussi. Des muscles noueux roulaient sous mes doigts, sous sa peau, parfois rugueuses là où des cicatrices marquaient l'emplacement de blessures. Cake avait du avoir à faire à des mécontents et ces derniers avaient du tenter d'en remontrer au guerrier, tentant de toucher son employeur. Les cicatrices n'étaient pas si nombreuses que ça sur son torse, quelques unes sur ses avant-bras, des cicatrices défensives, que je connaissais bien, mais Cake était loin d'être couturé qu'un gladiateur de l'Arène, ou qu'un soldat ayant connu quelques batailles sanglantes. En comparaison, j'avais presque autant de cicatrices, et mon corps était plus fin, plus souple aussi, j'étais certes doté de muscles, mais je possédais une musculature fine, prônant la vitesse d'exécution plutôt qu'une force brute. Évidemment, je n'avais pas besoin de développer ma masse musculaire, mes origines de Sluagh me prodiguaient la force nécessaire pour soulever un attelage si je le voulais. J'entends bien soulevé, et non pas jeter, ou  renverser, je ne pouvais guère me prévaloir de ce genre de force.  Cake disposait d'une force qui alliée à la douceur de ses mouvements acheva de me faire chavirer. Là où m'avait embrassé avec ardeur, je ralentis le rythme, l'embrassant longuement, usant de caresses langoureuses.

Je rompis à nouveau notre étreinte, ce qui le laissa presque perplexe, je dis bien presque, puisque je m'empressai d'aller embrasser son cou offert, glissantu en main dans ses cheveux longs, la paire médiane continuant de tracer et de toucher son torse, n'allant jamais plus bas que son ventre, bien que la paire inférieure soit déjà posée sur les fesses de Cake, elles-aussi délicieusement musclées. Je continuais pourtant de me contrôler, je ne voulais pas que Cake se sente mal à l'aise, aussi je prenais mon temps, j'aurai l'occasion de le dévorer goulument un peu plus part. Cake qui n'était pas en reste coté exploration. Ma paire de mains inférieurs quitta, après un léger pelotage en règle, les fesses de Cake. Mes bras se replièrent vers l'arrière, dans un mouvement impossible pour quelqu'un qui n'était pas Sluagh, et qui ne bénéficiait pas de ma souplesse naturelle, et de mon don pour les contorsions. Mes doigts habiles défirent les liens du corset que je portais, je laissais alors faire Cake pour me le retirer, n'ayant pas envie de lui gâcher le plaisir de me dévêtir. Dans le même temps, mes lèvres avaient embrassé son cou, j'avais humé son odeur imprégnée du savon qu'il avait utilisé pour se laver, activité interrompue par mon arrivée. Si j'avais su, songeais-je, j'aurais pu le surprendre complètement nu. Je souris par devers moi, avant de jeter un regard, agrémenté d'un nouveau coup de langue ostensible à Cake, pour mieux user de cette langue, l'embrassant de nouveau. Ma paire de mains médianes s'attardait sur chaque muscle, mes caresses oscillant entre doux effleurements et sauvages palpations. La main gauche de ma paire supérieure tenait à nouveau le visage de Cake, la droite étant dans ses cheveux. Ma paire inférieure se dirigea alors vers le pantalon du Thuatann, dont je m'empressais d'ouvrir la braguette, avant d'y glisser une main.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




Visite Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Visite Nocturne   Visite Nocturne Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Visite Nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [palais de l'épine dorée] Visite nocturne...
» Visite Nocturne
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Rene Preval en visite au Venezuela et ensuite aux USA
» Visite au château d'Ambleville
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Le trésor du Dragon-
Sauter vers: